Chassez le social, il revient au galop…

La chronique de Philippe Walkowiak
La chronique de Philippe Walkowiak - © RTBF

Les affaires courantes nous auront presque fait oublier que la Belgique est gouvernée depuis plusieurs années par une "alliance contre nature" (©Laurette Onkelinx) !

En renvoyant la patate chaude de l’accord interprofessionnel (AIP) au gouvernement Leterme-Reynders, la FGTB et la CGSLB risquent bien de contribuer à le rappeler.

Les affaires courantes occultent le fait que la dernière coalition était minée par les dissensions internes et tant par les clivages Nord-Sud que gauche-droite. L’action gouvernementale en est sclérosée depuis 2007, comme on a pu le voir sur la politique d’asile, l’immigration, la fiscalité, les pensions, les préretraites, la fiscalité, etc.…

Difficile avec un tel passif de rapidement se mettre d’accord sur les suites à donner à l’échec qui a clôturé les négociations entre patrons et syndicats.

L’Open VLD qui n’en finit plus d’essayer de quitter la coalition tente de se refaire une santé sur le sujet. Les libéraux flamands ont naturellement repris les thèses patronales demandant au gouvernement d’appliquer tel quel l’AIP négocié. Le CD&V ne dit pas autre chose… comme la N-VA dans l’opposition. Face à cela, le PS et la ministre de l’Emploi cdH Joëlle Milquet risquent de se retrouver quelque peu gênés aux entournures. La FGTB et la CNE ont rejeté massivement le préaccord sur l’AIP. Le Parti socialiste compte bien peser sur l’attitude finale du gouvernement en obtenant que l’on amende ce préaccord. Mais comment peser dans un gouvernement qui a déjà démissionné ? Là aussi, de délicates négociations se sont engagées.

Mais il y a un risque que chaque parti campe sur ses positions. La perspective de très prochaines élections n’étant pas tout à fait exclue, ce n’est pas vraiment le moment de se fâcher avec son électorat.

Open VLD et CD&V ont vu une grande partie de leur électorat lié au monde des petites entreprises ou de cadres se diriger vers la N-VA qui doit en grande partie son succès à un discours économique "anti-gauche wallonne".

Le Parti socialiste peut quant à lui difficilement être sourd au rejet fracassant de la FGTB de ce projet d’AIP.

A l’instar des négociations communautaires, ce sont aussi deux conceptions socio-économiques qui risquent de s’affronter. C’est à Yves Leterme de jouer les conciliateurs avec la sauvegarde d’un certain modèle belge de concertation sociale en ligne de mire.

 

Philippe Walkowiak

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK