Cette fraude qui nous colle aux doigts...

Cette fraude qui nous colle aux doigts...
Cette fraude qui nous colle aux doigts... - © Tous droits réservés

En sortant de la Foire du Livre, ce week-end, nous avons vainement tenté de décoller les pastilles que le libraire ou l’éditeur, à son stand, applique au dos des livres que vous avez achetés afin qu’un vigile à la sortie puisse s’assurer que vous ne les avez pas volés.

Nous n’y sommes parvenus à vrai dire que très imparfaitement et avons dû sacrifier pour cela un peu du papier du quatrième de couverture, de sorte qu’à peine emporté, votre livre était déjà abîmé.

On y a lu comme une primauté de la Foire sur le Livre. Une privauté itou si vous voulez savoir. Une de ces choses aussi qui vous font penser que l’incivilité gagne de nouveaux quartiers tous les jours.

Comme si, pour que l’un puisse se prémunir d’un vol, il fallait faire supporter à l’autre un dol… Le contrat signé une fois acquitté le prix de l’entrée supposait-il en effet que vous sortiez de cette enceinte livresque en ayant acquis un objet pour lequel le seul choix qui vous soit offert était de le conserver ad vitam agrémenté du logo du marchand ou de le déprécier vous-même toutes affaires cessantes ?

C’est un sujet bien inimportant n’est-ce pas que ces étiquettes autocollantes au dos de la littérature. A côté de la situation à Baba Amr, certainement. En regard de l’élection de Vladimir Poutine, également. Et le philosophe Vladimir Jankelevitch ne disait-il qu’il fallait être conformiste dans les petites choses et insurgé dans les grandes ?

Mais non, en même temps. Car — comment le dire autrement ? — on a bien l’impression que ce que cette pastille vous communique, c’est la méfiance dont vous faites l’objet. Et comment, supposant de votre honnêteté, l’on vous punit par avance d’un écart toujours possible.

C’est curieux, mais l’on dirait bien que cette suspicion se généralise et s’individualise ces temps-ci. Et que l’on ait décidé d’inverser la charge de la preuve. Le préjugé gagne. Et l’a priori désormais construit notre relation aux choses et aux gens.

Et ce mot que l’on entend partout aujourd’hui, le mot fraude — fraude sociale comme fraude fiscale — semble bien dénoter comment nous nous regardons désormais les uns les autres dans le blanc des yeux, tâchant toujours de déceler quelle poutre peut bien dissimuler cette inévitable paille, cette petite chipoterie que nous avons tous dans notre œil. Et certainement dans celui du voisin…

Voilà, c’est tout. C’était juste un week-end où l’on s’est demandé pourquoi on nous en voulait tellement. Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.

 

Paul Hermant

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK