Cap 48, à quoi ça sert ?

Cap 48, à quoi ça sert ?
Cap 48, à quoi ça sert ? - © Tous droits réservés

C’est ce dimanche qu’aura lieu la grande soirée Cap 48. Un grand rendez-vous en télévision à suivre à partir de 20h20. Jean-Louis Lahaye, Jean-Luc Reichman mais aussi Julien Clerc, Adamo, Nolwenn Leroy.

Nous fêtons deux anniversaires cette année. Cap 48 existe depuis 60 ans en tant qu’opération, depuis 50 ans en tant qu’association. Le 23 septembre 1957 l’animateur radio Jean-Claude Menessier, lance un appel aux auditeurs : il veut récoler de l’argent au profit des " personnes nécessiteuses " comme on dit à l’époque. Le numéro du standard est le 48 81 00. C’est le début de cap 48. L’opération va se structurer en ASBL en 1967. Cap 48 poursuit aujourd’hui deux objectifs : la solidarité avec les personnes handicapées et la solidarité avec les jeunes en difficulté d’insertion. L’an dernier l’opération a permis de collecter 5,5 millions, ce n’est pas rien.

Est-ce que ça marche ?

En 60 ans 3473 projets ont été financés par Cap 48. Cela concerne tous les types de handicaps. Ces dernières années on a noté une montée en puissance du soutien aux projets pédagogiques. Des projets qui favorisent l’accès à la scolarité, aux loisirs, aux activités culturelles. Dans ce secteur, quand elles reçoivent un financement de Cap 48, 6 fois sur 10 les associations utilisent cet argent pour mettre en place des projets nouveaux. Ce sont donc des actions qui n’auraient pas pu être réalisées sans ce financement.

L’esprit de Cap 48 est de permettre l’inclusion et la participation de la personne handicapée. Tous ensembles, pas chacun de son côté. C’est aussi d’informer sur les différences et de les faire accepter. Sur 10 ans, 87% des associations aidées ont constaté que l’image de la personne handicapée s’était améliorée. Dans 57% des associations, donc plus d’une sur deux, des personnes handicapées sont impliquées dans le projet, c’est le signe d’une dynamique participative essentielle au changement des mentalités.

Est-ce vraiment à nous, les particuliers, de financer?

On peut se poser cette question. On peut se la poser pour Cap 48, pour le téléthon, pour le télévie, pour l’opération 11.11.11, pour Viva For Life. On pourrait se dire effectivement que, dans un monde idéal, dans une société où tout le monde paye des impôts, ou devrait en payer, c’est aux pouvoirs publics de prendre en charge ces actions qui aide à améliorer le fonctionnement de nos sociétés. La réalité est ce qu’elle est, nous ne sommes pas dans un monde idéal, les pouvoirs publics font ce qu’ils peuvent et leur action est limitée. La participation citoyenne par le biais de Cap 48 permet de véritablement améliorer les choses. C’est du concret, c’est donc utile. D’un point de vue personnel, pour chacun d’entre nous, pouvoir poser un geste de solidarité et de générosité c’est participer à ce qu’il y a de plus de beau dans l’humanité. Se montrer indifférent, égoïste, cynique, replié sur soi, c’est exactement le contraire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK