Arc-en-ciel à durée indéterminée

Arc-en-ciel à durée indéterminée
Arc-en-ciel à durée indéterminée - © Tous droits réservés

L’arc-en-ciel, porte bien son nom, il porte en lui l’éphémère. Il est à durée indéterminée. Vous allez me dire, c’est dans la nature de tous les gouvernements. On l’a vu au fédéral ou la N-VA a abandonné le navire. On l’a vu en région wallonne ou le cdH a changé de partenaire en 2017.

Mais l'éphémère est encore plus marqué ici. Car Ecolo n’est pas indispensable à la majorité. C'est un risque énorme, celui de ne pas se faire respecter. Mais c'est aussi une chance dans le contexte politique. Celui de pouvoir se retirer dans l’opposition sans provoquer d’élections (ce n’est pas possible en région) et sans provoquer de crise puisque y aurait toujours une majorité.

Fragile, l’Arc-En-Ciel ne va pas de soi, ne découle pas d'un état de nécessité. Il est le fruit d’une volonté politique commune.

Intérêts communs

Alors qu’en 1999 l’arc-en-ciel était le premier choix, ici c’est un quatrième choix après l’olivier (avec le cdH), le rouge vif (avec le PTB), et le coquelicot qui était censé rassembler les gens de bonne volonté. Quatrième choix, mais pas le dernier choix possible. PS et MR pouvaient encore y aller seul. Si Ecolo en est c’est parce que le PS que le MR sont affaiblis. Ils sont à la croisée des chemins. Ils doivent reconquérir un électorat qui les fuit. Ils ont aussi compris que l’écologie, l’environnement, se sont imposés sur l’horizon politique. Ils savent aussi qu’Ecolo est avec le PTB le seul parti qui a gagné les élections. Si Ecolo s’en va, claque la porte, cette coalition deviendra alors automatiquement une coalition de perdants.

Obstacles à la pelle 

Parmi les obstacles qui vont se dresser sur la route de l'Arc-en-ciel, citons la gouvernance. Le chapitre prévu dans l'accord n'est pas très gras. Il n’y a rien sur le décumul intégral par exemple. Si d’autres affaires publifin ou ISPPC viennent ternir la législature ça va être très tendu.

Autre obstacle, le Budget. L’arc-en-ciel creuse la dette durant 5 ans supplémentaires pour se financer. Mais si malheureusement comme on l’annonce, l’économie se retourne il faudra passer a l’austérité. 

Et puis il y a les éléments flous de l’accord qui peuvent générer des tensions. Par quoi va-t-on remplacer le décret inscription ? À propos des licences d’exportation d’armes vers des pays comme l’Arabie Saoudite, le texte est plus sévère pour les nouveaux contrats, mais pas pour les contrats en cours. Or, ceux ci restent très polémique. 

En fait il y a beaucoup de bombes potentielles qui peuvent faire éclater l’alliance. Un élément majeur va jouer. Au delà le peur de la sanction de l'électeur en cas d'échec se cache une forme de sens de l'intérêt régional. Mine de rien, PS-ECOLO et le MR sont parvenus contre toute attente à dépasser leur profonds antagonisme pour dessiner un projet pour la Wallonie. Un projet post plan Marshall qui a rythmé la vie politique durant près de 15 ans. Sur le papier une page se tourne vers une Wallonie en transition. Et pour ça il faudra autre chose qu’un gouvernement de transition.











 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK