Alfred Gadenne : un assassinat politique?

Bertrand Henne
Bertrand Henne - © Tous droits réservés

L’assassinat du bourgmestre de Mouscron est-il oui ou non un assassinat politique? Oui, mais il faut nuancer.

Au sens le plus commun, un assassinat politique c’est l’action de tuer une personnalité parce qu’elle a un engagement politique. En ce sens, l'assassinat d’Alfred Gadenne est politique puisque qu'il a payé de sa vie le seul fait d’être bourgmestre.

Mais l'assassinat politique se définit aussi par l’objectif recherché, le mobile de l'assassinat. Ici, on pointe classiquement deux motifs possibles : les raisons idéologiques ou de pouvoir. Ceci exclut le hasard, les motifs familiaux ou personnels. C’est ici qu’il faut émettre des réserves sur la nature politique de ce qui s’est passé.

D'après ce que l'on sait, les mobiles sont personnels : un fils qui veut venger son père suicidé. Mais l'assassin n'a pas visé l'homme Alfred Gadenne, il a visé le premier magistrat de la commune en lui attribuant la perte de l'emploi de son père et, selon lui, son suicide. Le motif personnel est donc en même temps personnel et politique. On dira, avec les nuances, que cet assassinat a une nature politique. 

L'assassinat politique, événement exceptionnel 

Depuis la deuxième guerre mondiale, il y avait jusqu'ici deux cas avérés d’assassinat. Il y a eu Julien Lahaut, la patron du Parti communiste en 1950. C’est là un exemple d'assassinat politique sans aucune discussion. Julien Lahaut a bien été tué parce qu’il était un homme de pouvoir et pour des motifs idéologiques. Les historiens sont largement d’accord de pointer comme responsable un réseau anticommuniste soutenu par une partie de l'establishment belge de l’époque.

Autre cas souvent cité comme assassinat politique mais plus discuté, c’est la mort de Jacques Georgin, colleur d’affiches du FDF, tabassé par des colleurs d’affiches flamingants en 1970. La préméditation n’est pas du tout avérée. On est plus ici devant un cas de violence politique qui a dégénéré qu'un assassinat. 

Et enfin dernier cas avéré d'assassinat politique mais dont la nature est encore discutée, celui d’André Cools homme fort du PS à Liège. André Cools a été assassiné officiellement pour une question de vengeance personnelle au sein du PS. Mais il reste des zones d’ombres il faut bien le reconnaître, notamment la possible nature mafieuse du crime.

L'assassinat d’Alfred Gadenne est le troisième assassinat politique depuis la seconde guerre mondiale

Cet événement va marquer le monde politique. Parce que le climat est délétère envers les hommes et les femmes politiques. Et ils sont beaucoup à penser que cet événement n’est pas dû au hasard. Il sont nombreux à penser que c’est la suite logique de la violence verbale, des insultes quotidiennes sur les réseaux sociaux ou dans la rue. Cela va très rarement jusqu’à la violence physique mais parfois c’est le cas. Raoul Hedebouw du PTB a été victime en mai d’un coup de couteau. L'agresseur se disait déçu qu’on ait pas répondu à sa lettre.

Une agression, un assassinat en moins d’un an, ça fait beaucoup.

Personne n'a de certitude sur le lien à faire entre ces deux faits de violences et le climat anti-politique ambiant. Moi en premier, mais tout le monde s'interroge. Le meurtre d'Alfred Gadenne plonge le monde politique dans la sidération et le doute.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir