A l'école de Darwin

A l'école de Darwin
A l'école de Darwin - © Tous droits réservés

La Belgique reste une terre d’inégalités à l’école. C’est ce que confirment obstinément les études internationales. L’OCDE a publié mardi matin un nouveau rapport sur l'égalité dans les systèmes scolaires. Il a été établi sur base des résultats des enquêtes Pisa. Que dit ce rapport? Que nous avons encore sacrifié une génération de plus. Depuis le début des années 2000, l’école a continué à trier les élèves en fonction de leur origine sociale. Pour être clair, des élèves qui proviennent d’un milieu socio-économiquement défavorisé ont, chez nous, presque trois ans de retard sur ceux qui viennent d’un milieu privilégié. Avec la France et la Hongrie, nous sommes les pires. On apprend pas seulement Darwin à l’école chez nous, on vit Darwin à l’école. La loi du plus fort s’impose. Le déterminisme social s’impose.

Échec du décret inscription

De ce point de vue, c’est un échec. D’ailleurs, plus grand monde ne le nie. Les chiffres ici globalisent la Communauté flamande et francophone donc l’effet du décret inscription est compliqué à mesurer. Mais l’étude montre que le problème n’est définitivement pas là. D’ailleurs, l’étude permet de tordre le cou à plusieurs idées fausses à gauche et à droite.

À gauche, on pense souvent que la solution viendrait d’un système d’école 100% publique avec un système d’inscription géré par l’État pour éviter les écoles ghettos...La France, avec son système d’école d’État avec inscription en fonction du lieu de résidence, fait encore pire que nous. 

À droite, on estime souvent que si on allonge le tronc commun, que si on limite le redoublement, on va niveler par le bas l’enseignement. Pourtant, les pays qui performent le plus en terme de qualité, comme le Canada et la Norvège, sont parmi les meilleurs en terme d’équité...Donc oui, il est possible de ne pas trier les élèves, de ne pas avoir une école axée sur la compétition et pourtant d’avoir des bons résultats.

Sortir des préjugés

L’étude rappelle obstinément que pour éviter la relégation des élèves les plus faibles, il faut surtout sortir des préjugés. L’égalité et la qualité peuvent aller de pair, il faut parler tronc commun, redoublement, remédiation, temps scolaire, culture à l’école, revalorisation des enseignants. C’était l'intention du Pacte d’excellence. Aujourd’hui, il est dans un ventre mou, entre deux eaux, menacé par un exécutif de la Communauté française très faible politiquement. Sans réaction, les élèves en Belgique continueront de faire l’amère expérience de Darwin l’école.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK