1er mai, fête du respect?

Johanne Montay
Johanne Montay - © RTBF

Drôle de 1er mai. Le premier 1er mai qui oppose les gens qui travaillent. Il y aurait les vrais et les faux, les labellisés et les produits blancs. Qui récupère le travail de qui ? Je ne sais pas vous, mais moi, je trouve que ça vole un brin… (de muguet) trop bas.

La journée commence par un tweet  de @phmoureaux . Goebbels n’est pas au rendez-vous cette fois, mais un phénomène tout de même inquiétant : la "pollution". Ce 1er mai serait "pollué par la droite et l’extrême droite" et doit "nous muscler dans notre combat pour l’égalité entre tous les êtres humains". OK… La droite et l’extrême droite dans le même sac, faut pas avoir fait sciences po pour trouver qu’il y a comme de l’amalgame dans l’air.

Bon, c’est sans doute le coup de gueule du matin. Tant que la presse n’est plus trainée dans la boue. Faux espoir. Deuxième tweet de @phmoureaux : "Un 1er mai où la presse attend de boire avec délice les paroles de Sarko et de Le Pen, c’est le monde à l’envers". A l’envers ? Donc, la presse devrait "boire avec délice les paroles de Hollande et Mélenchon ?" Et en Belgique, la même chose ?

La presse ne boit avec délice les paroles de personne. Il faudrait peut-être le rappeler en ce jour de fête du travail. Le journalisme est un métier qui ne mérite pas moins de respect que les autres travailleurs dont personne ne peut s’emparer de la fête, quelle que soit l’historicité et la paternité légitime du combat.

Les tweets de @phmoureaux sont visiblement très orientés vers la France. On va dire ça. Alors restons-y : en France, c’est un ex-journaliste de Libération, @AlexHervaud, qui traite certains de ses followers de " raclures de droite ". Pour ensuite dire " Merci de Retweeter 466 fois : "J’ai gravement injurié les raclures de droite. Je le regrette et leur présente mes excuses". Mince alors, dans la profession aussi, ça balance des vases à la place des fleurs, ce 1er mai ! 

Bonne fête du travail. Et si on commençait par la fête du respect ?

Johanne Montay

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK