Corruption de bas étage

Paul Krugman
Paul Krugman - © RTBF

Il est évident que Donald Trump est corrompu. N’importe qui ayant le sens commun savait qu’il l’était, et pourtant l’étendue de son enrichissement personnel, la forte probabilité que les intérêts financiers de sa famille ont perverti la politique étrangère et nationale des Etats-Unis a surpris même les plus cyniques. Et, évidemment, l’exemple donné par l’escroc en chef a infecté toute son administration.

Mais ce qui me frappe vraiment, ce n’est pas tant l’étendue de la corruption parmi les responsables de l’administration Trump mais plutôt sa mesquinerie. Et c’est cette mesquinerie elle-même qui en dit long sur le genre de personne qui dirige l’Amérique aujourd’hui.

Autrefois, des membres du gouvernement corrompus ressemblaient à Albert Fall, le secrétaire de l’Intérieur de Warren Harding (ndlt : président des Etats-Unis de 1921 à 1923), qui fut au centre du scandale de Teapot Dome (ndlt : un monument dans le Wyoming). Fall usa de son poste pour que deux entreprises pétrolières obtiennent des accords très avantageux, et en retour, il reçut plus de 400 000 dollars en pots de vin – bien plus que 5 millions de dollars avec les prix d’aujourd’hui.

Voilà le genre de corruption que l’on peut comprendre et presque respecter.

Par contraste, les responsables de Trump corrompus ressemblent à Tom Price, qui a réussi à perdre son poste de secrétaire de la Santé en prenant trop de vols privés aux frais de la population ; à Ryan Zinke, qui a l’ancien poste de Fall à l’intérieur et qui a le même problème que Price, mais avec des hélicoptères cette fois et l’habitude de dépenser les fonds publics pour des voyages personnels ; à Ben Carson, au logement et développement urbain, qui a dépensé 31 000 dollars pour de la vaisselle ; et à Steve Mnuchin, le secrétaire du Trésor, qui aime bien prendre des avions militaires, parfois pour, apparemment, ses vacances personnelles.

Et puis il y a le prince des à-côtés : Scott Pruitt, le chef de l’Agence de protection de l’environnement, dont la liste des escroqueries mesquines va de stylos à plume personnalisés, au fait de dire à un employé de se procurer un matelas usé, en passant par la tentative d’utiliser son bureau pour assurer à sa femme d’obtenir une franchise de Chick-Fil-A (ndlt : une chaîne américaine de fast food).

Une chose qui me frappe immédiatement dans ces histoires, c’est que tous ces responsables ne passent pas le test du chamallow – cette fameuse expérimentation psychologique, controversée, dans laquelle on dit à des enfants qu’ils auront droit à deux chamallows s’ils attendent quelques minutes avant de manger celui qui est devant eux.

Réfléchissons : si vous êtes un responsable au gouvernement qui est prêt à faire le sale boulot pour des intérêts spéciaux – pour laisser les grandes entreprises faire des profits sur des terres publiques, de laisser ceux qui polluent empoisonner l’air et l’eau –quelques années de comportement suspect va vous armer pour une future carrière extrêmement lucrative de lobbyiste.

Imaginez à quel point votre self contrôle est bas si vous êtes prêt à risquer cette récompense incroyable pour un matelas usé.

Mais le côté affolant de cette corruption, de Teapot Dome au Chick-Fil-A, ne vous donne pas seulement des informations sur le manque de maturité des responsables de Trump ; cela nous laisse également entrevoir la vacuité de leur âme.

Il y a bien longtemps, Tom Wolfe écrivit un essai mémorable sur ce qui fait vraiment avancer la plupart des puissants. Ce n’est pas vraiment un goût pour les choses raffinées ; la vérité, c’est que les avions privés ne sont pas si confortables que ça et à mon avis, la plupart de ceux qui boivent des bouteilles de vin à 400 dollars ne sauraient pas faire la différence avec une bouteille à 20 dollars.

Par contre, c’est le plaisir de "les voir ramper" – de voir des gens s’abaisser à faire des numéros de cirque, à céder à tous vos caprices. C’est le fait de se sentir plus important en voyant les autres se rabaisser.

N’’est-ce pas l’explication à tout ce que Pruitt fait ? L’absurdité de ses exigences c’est un acquis, pas un bug ; je doute qu’il utilise sa cabine téléphonique insonorisée à 43 000 dollars mais il a très probablement pris beaucoup de plaisir à voir son staff faire des pieds et des mains pour la lui obtenir.

Pourquoi cette administration Trump est-elle remplie d’escrocs de bas étage ? Clairement, ils ne font que suivre leur patron, qui adore, c’est bien connu, la flagornerie et rabaisser ses subalternes, y compris ses hauts responsables. En effet, je suspecte fortement qu’un grand nombre de ses hauts responsables sont lancés dans ce que je vis un jour décrit comme "faire du vélo" : s’incliner devant celui du dessus et piétiner ceux du dessous.

Et il est frappant de constater à quel point Trump soutient ses hauts responsables comme Pruitt qui se sont fait prendre la main dans le sac pour des abus de pouvoir minables, en dépit de la mauvaise publicité. Clairement, il ne voit rien de mal là-dedans ; c’est ce qu’il ferait lui-même, c’est d’ailleurs ce qu’il fait.

Donc, comme je l’ai dit, nous sommes gouvernés par des hommes aux âmes étroites et vides. Est-ce que ça compte ?

Pas vraiment directement. L’on peut aisément argumenter que ce que Trump gagne pour lui fait de gros dégâts mais toutes ces petites façons qu’ont les hauts responsables de voler les contribuables sont peu de choses si on les compare aux choses énormes qu’ils font pour faire que l’Amérique aille encore plus mal : miner le système de santé, la protection de l’environnement, les règlementations financières, et plus encore.

Plus fondamentalement, pourtant, la corruption de bas étage et des mesures cruelles et destructrices sont liées. Les hommes qui voient des postes hauts placés comme une façon d’avoir un train de vie élevé, qui se comportent comme des gros bonnets et qui forcent les fonctionnaires du gouvernement à jouer le rôle de leurs domestiques personnels ont peu de chances de se soucier des intérêts de la population.

Nous n’avons pas besoin d’un gouvernement de saints ; les gens peuvent avoir des défauts (qui n’en a pas ?) et faire, malgré tout, des choses bien. Mais un gouvernement qui n’est fait que de gens foncièrement mauvais – et c’est ce que nous avons aujourd’hui –va, en fait, très mal gouverner.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK