Les mariages royaux, ce pont entre les contes de fées et notre réalité

Les mariages royaux, ce pont entre les contes de fées et notre réalité
Les mariages royaux, ce pont entre les contes de fées et notre réalité - © Tous droits réservés

La grande bretagne se prépare au mariage de Megan Markle et du prince Harry. Et les têtes couronnées et l'actualité people ont toujours autant de succès.

Des gens connus, du bon gout, du glamour, comme on dit dans la presse people, un monde de princes et de princesses. Ce n’est pas tout à fait my cup of tea, mais je me suis plongé dans les newspaper et autres tabloïds pour ausculter le royal wedding.  Samedi cela va donc se passer au château de Windsor, dans la chapelle du château pour la cérémonie, dans le parc pour les agapes. Les futurs époux se déplaceront en calèche, escortés par des cavaliers en tenues d’apparat, promesse de belles images pour les télévisions du monde entier. C’est l’archevêque de Canterburry qui présidera à l’échange des consentements, la reine Elisabeth II et le prince Charles seront évidemment présents. Le prince William sera le témoin de son petit frère, au niveau casting difficile de rivaliser.

A mariage people,  présence people

600 privilégiés assisteront à la cérémonie. On annonce Georges Clooney et sa femme Amal. Les Spice girls au grand complet. Si Spice girls, il y David Beckham n’est forcément pas loin. Elthon John , Serena Williams et une pléiade d’acteurs et d’actrices, les camarades de jeu de Meghan, sont également annoncés.  Outre ces 600 invités de marques 2000 autres personnes ont été conviées : des habitants de Windsor , une centaine d’enfants des écoles, et 200 personnes qui travaillent dans des organisations caritatives. Ça c’est very kind de la part du couple princier.  Tout cela a un prix, 300 000 euros pour la restauration, 200 000 euros pour les boissons, 60 000 euros rien que pour la pièce montée. Le poste le plus important reste celui de la sécurité et on parle d’un budget global de 35 millions d’euros. Et puis le drame qui est déjà dans toutes les gazettes. Le père de la mariée ne sera pas là. Les relations avec sa fille ne sont pas excellentes. Il ne voulait pas venir, puis il voulait venir, finalement il ne viendra pas il a une opération cardiaque, c’est la version classe de " je ne peux pas j’ai piscine ".  Le demi-frère et la demi-sœur de Meghan ne sont pas invités, shocking, mais ils ont débarqué à Londres pour commenter le mariage à la télévision. Crazy ins’t it ?

Pourquoi  sommes-nous parfois hypnotisés par ces mariages ?

Peut-être parce qu’on a tous les ingrédients du conte de fée, et qu’en même temps on pressent qu’un drame se trame. Le conte de fée, ils sont beaux, ils sont riches, ils font une fête magnifique avec des robes à faire rêver les petits garçons et les petites filles. Et puis le drame parce qu’on sent très bien qu’entre l’actrice américaine, féministe, engagée (elle a appelé à voter pour Hilary Clinton contre Donald Trump), et l’étiquette de la cour britannique, où il va lui falloir vivre dans la discrétion, la retenue, la diplomatie, genre j’inaugure les chrysanthèmes il y a déjà une tension. Est-ce que Meghan va passer du mythe de Pretty Woman au syndrome de la princesse triste à la Lady Dy. Nous nous retrouvons ainsi malgré nous en position de voyeurs. Avec une forme de consolation malsaine. Nous qui devons bricoler avec nos vies comme elles sont, avec nos grandes déceptions, nos petits arrangements, nos petits renoncements, nous levons les yeux vers les familles royales, et nous pouvons constater que, certes leur situation matérielle est surement enviable et confortable, mais que leur conte de fée est finalement très relatif.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK