La rentrée, c'était mieux avant (air connu)

La rentrée, c'était mieux avant (air connu)
La rentrée, c'était mieux avant (air connu) - © Tous droits réservés

On ne pouvait pas passer à coté de cette rentrée scolaire. Pas celle de 2017, mais celle des années 50.Parce que c'est bien connu,  en ce temps là on respectait l'école et les élèves apprenaient quelque chose.

La rentrée c'était mieux avant. Aujourd'hui parents et enfants se pressent dans une cohue déconcertante, ça crie, ça joue, ça se bouscule et parfois même ça dit des gros mots. De mon temps nous avions des rentrées dignes. Les élèves en rang par deux, disciplinés et silencieux. Pas question que les parents franchissent la porte de l'école. D'ailleurs, conduire ses enfants, on avait quand même autre chose à faire.

Les histoires de cartable Mickey ou de trousse Pokémon n'avaient pas encore pollué nos cours d'école. Un sac en toile ou en cuir pour les fils de bourgeois, pour les autres un simple ruban autour des livres et des cahiers pour les tenir ensemble. Pas de querelle de style entre Nike et Adidas. Une simple blouse. Grise ou bleue. Pour les garçons, les cheveux courts s'il vous plait, et la raie sur le côté.

Vous nous ramenez dans une époque où les méthodes pédagogiques n'étaient pas tout à fait les mêmes

Pas de pédagogie active, pas d'exposé ou de travail en petit groupe. Pas de classe d'éveil, pas de voyage scolaire. Un tableau noir. Des craies. Blanches les craies, la couleur ça distrait.

Tous les matins la maxime du jour. Soigneusement écrite avec de belles boucles au tableau et qu'on commence par recopier dans son cahier. Le grand pouvoir de l'instituteur c'était son sens aigu de la psychologie. Carotte et bâton. La carotte des bons points. Après 10 bons points une magnifique image d’Épinal. Genre le coucher de soleil sur le port d’Ostende. Pour ceux qui travaillait mal, un coup de règle sur les doigts. Pour ceux qui font les zouaves, au piquet. C'est à dire dans le coin de la classe, face au mur, les bras dans le dos pendant 15 minutes.

On apprenait vraiment des choses importantes que les enfants d'aujourd'hui ne connaissent plus. Une dictée quotidienne. De préférence un texte de Prosper Mérimée. La poésie. La biche brame au clair de lune. Et pleure à se fondre les yeux. Son petit faon délicieux a disparu dans la nuit brune.

Les enfants d'aujourd'hui apprennent d'autres choses

A taper sur un clavier d’ordinateur, ou à programmer des logiciels, je me demande bien à quoi ça va leur servir ? Non l'école c'était mieux avant. Et vous savez quoi ? Le journalisme aussi c'était mieux avant.

"Aujourd'hui, vendredi 1er septembre, des dizaines de milliers de petites têtes blondes ont repris le chemin d'une école qui les guide vers le savoir. Les instituteurs, dans leurs habits stricts, les accueillaient sur le pas de l'établissement".

Arrêtons de rire. Nous sommes en 2017. Le journalisme a changé, la société et l'école aussi. Les élèves d'aujourd'hui apprennent énormément. Arrêtons de regarder l'enseignement avec les lunettes du passé. Et bonne rentrée à tous.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK