Coupe du monde : un apéritif en attendant de revivre le grand frisson

Coupe du monde : un apéritif en attendant de  revivre le grand frisson
Coupe du monde : un apéritif en attendant de revivre le grand frisson - © Tous droits réservés

Cela débutera à 16h. Vous pourrez d’ailleurs le voir en télévision  sur la Une (RTBF), et jusqu’a 16h tous les amateurs de foot auront des airs de bookmakers en chambre. Contre qui tomber de préférence ? Quelle équipe faudrait-il éviter à tout prix ?  Vaut-il mieux un groupe fort au premier tour pour se mettre tout de suite dans le rythme ou une seule équipe forte dans le groupe pour éliminer d’office les plus petits... Se perdre en conjectures pour le supporter c’est un peu comme lire et relire le menu d’un restaurant étoilé pour le gastronome, on a pas encore choisi les plats qu’on commence déjà à saliver.

Comment ça va se passer ?

Je sais que tout le monde ne s’interesse pas au foot, mais je vais tenter une explication. La Belgique, parce qu’elle bénéficie d’un bon classement au niveau mondial de la FIFA est tête de série. Cela veut dire qu’elle évitera les autres têtes de série : la Russie, la France, l’Allemagne, le Brésil, le Portugal, l’Argentine et la Pologne, voici les équipes que nous sommes sûrs de ne pas rencontrer au premier tour. Cela ne veut pas dire que tous les autres sont des adversaires faciles. L’espagne, le Mexique, l’Angleterre, sont des gros morceaux qu’on redoute et contre qui les diables rouges pourraient bien tomber dès leur premier match. Et même la Croatie, le Danemark ou la Suède (qui a fait trébucher les italiens) n’apparaissent pas des plus simples à affronter. À l’opposé il y a des pays réputés plus faciles, peut être parce que le football n’y est pas implanté depuis très longtemps, comme l’Arabie Saoudite, la Corée du Sud ou l’Australie.
La règle prévoit qu'il ne peut pas y avoir plus de deux équipes européennes par groupe (pour les autres continents comme l’Amerique du Sud  ou l’Asie c’est une formation seulement). Il y a donc forcément du brassage géographique. À partir de 16h, nous commencerons par connaître notre groupe, b,c,d , avec les dates et les lieux des rencontres qui font avec (jouer à Saint-Pétersbourg, Volvograd ou Sotchi cela implique des déplacements de plusieurs milliers de kilomètres) et ensuite on connaîtra un par un nos adversaires.

La coupe du monde de football, le rendez-vous ultime des amateurs de foot

Il suffit de regarder les chiffres. Plus de trois milliards de téléspectateurs pour la dernière coupe du monde au Brésil. Dont un milliard rien que pour la finale. Il n’y a que les jeux olympiques d’été qui peuvent rivaliser ( mais avec beaucoup plus de  compétitions et de minutes d’antenne). Et surtout, pour la coupe du monde de football, nous avons tous des anecdotes, des histoires de famille ou d’amitiés qui ont façonné nos parcours. Des moments mémorables que nous essayons de recréer ou transmettre. Pour moi par exemple les albums panini, nostalgie de mon enfance que j’ai revécu avec mes propres enfants. L’angoisse d’un penalty, la colère d’un carton rouge, la déception d’un match raté, l’admiration pour un dribble incroyable… Nous sommes très nombreux à vouloir revivre ces petits ou grands frissons. Vous allez sûrement entendre des intellectuels aujourd'hui. Ils vous mettront de l’economie et de la géopolitique dans le tirage au sort. Est ce que la Serbie va jouer contre la Croatie, l’iran contre l’Arabie Saoudite, est ce qu’on peut comparer le PIB du Japon avec celui du Nigeria. Comme si le match de football était un affrontement symbolique entre des systèmes de valeurs, des régimes politiques ou des économies.  Ho. Stop. Les gars, c’est juste du football. Et ça doit le rester.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK