Faut-il prolonger les centrales nucléaires après 2025? Voici les réponses des partis politiques

Prolonger les centrales nucléaires au-delà de 2025 ? Ce fut l’un des dossiers chauds de cette législature. Le débat a électrisé les partis de la « Suédoise » au fédéral à la fin de l’année 2017. A l’époque, il est question du pacte énergétique du fédéral… et de la fin de vie des centrales nucléaires. « C’est un sujet sérieux et qui ne se prête pas à des approximations et analyses simplistes. Contrairement à ce que j’ai entendu, une décision a été prise par le gouvernement et elle prévoit la sortie du nucléaire en 2025. Je maintiens cet objectif avec détermination », déclarait Charles Michel, le Premier ministre, à la Chambre fin 2017.

Sauf qu’en face de lui, il y avait alors Bart De Wever. La N-VA est plutôt favorable à l’énergie nucléaire. En janvier 2019, Bart De Wever enfonce le clou et affirme : « On ne peut pas avoir de tabou, y compris sur l’énergie nucléaire. Nous n’excluons même pas une centrale nucléaire de la 4e génération. Peut-être que d’ici 10 ans nous commencerons à la construire ».

Tous contre, sauf un

Mais qu’en pensent les autres partis francophones au niveau fédéral en vue du scrutin du 26 mai prochain ? La question leur a été posée dans le cadre de notre test électoral réalisé en collaboration avec La Libre Belgique, la VRT, De Standaard, l’UCLouvain et l’Université d’Anvers. En résumé : tous s’opposent à une prolongation des centrales nucléaires après 2025. Mais quels sont leurs arguments ? Retrouvez-les dans l’infographie ci-dessous.

Retrouvez en cliquant sur les liens suivants l’avis des partis à propos de :


Archives JT 4/01/2018 : l'état interpellant des centrales nucléaires

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK