Didier Reynders: l'épisode CETA sans conséquence sur les relations belgo-canadiennes

Didier Reynders: l'épisode CETA sans conséquence sur les relations belgo-canadiennes
Didier Reynders: l'épisode CETA sans conséquence sur les relations belgo-canadiennes - © ERIC LALMAND - BELGA

Les réticences wallonnes à approuver le traité de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada, CETA, n'affecteront pas les relations entre Bruxelles et Ottawa, qui sont "excellentes", a assuré samedi le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders.

L'affaire du Ceta ne provoquera pas "de séquelles dans les relations entre le Canada et la Belgique", a-t-il affirmé pat téléphone à l'agence Belga après avoir rencontré le Premier ministre canadien Justin Trudeau à Antananarivo, en marge du 16e sommet de la Francophonie.

Didier Reynders a souligné combien ces relations étaient "excellentes" et encore appelées à se développer. "J'espère qu'il n'y aura pas de séquelles pour les relations entre la Wallonie et le Québec", a-t-il ajouté.

Entrée en application provisoire le 17 février 2017

La Région wallonne et les autres entités francophones belges avaient dans un premier temps refusé de déléguer leur pouvoir de signature au gouvernement fédéral tant que leurs objections et préoccupations à propos du Ceta n'avaient pas été rencontrées.

L'accord commercial entre l'UE et le Canada avait finalement été signé le dimanche 30 octobre à l'occasion d'un déplacement express de Justin Trudeau à Bruxelles.

Le vote du Parlement européen sur le CETA, nécessaire pour permettre son application provisoire, aura lieu début 2017 - soit en janvier, soit plus probablement en février - et pas en décembre comme envisagé.

Le texte devait à l'origine entrer en application provisoire le 17 février 2017, après sa ratification par les Parlements européen et canadien.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK