Baromètre politique: 61% des Wallons saluent l'action de Paul Magnette face au CETA

Le Ministre-président wallon Paul Magnette (PS)
Le Ministre-président wallon Paul Magnette (PS) - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

C'est l'un des dossiers majeurs de ces dernières semaines. Le traité de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada, plus connu sous le nom "CETA", a occupé le devant de la scène, opposé gouvernement fédéral et entités fédérées, qui se sont lancées dans de longues négociations avant de pouvoir enfin arriver à un accord. Une crise au cours de laquelle le gouvernement wallon est apparu comme le défenseur des citoyens européens qui critiquaient ce traité de libre échange que les Etats semblaient leur imposer. Que retenez-vous de cette crise? Voici les résultats de notre baromètre politique RTBF-LaLibre-Dedicated.

Une négociation bien suivie  

Premier enseignement de ce sondage: 72% des personnes interrogées reconnaissent avoir suivi la négociation autour du CETA. Parmi ces 72%, 12% affirment avoir suivi "de très près" cette négociation, 30% "d'assez près" et 30% "d'assez loin". A l'inverse, 10% des sondés déclarent n'avoir pas du tout suivi ce dossier. 5% répondent qu'ils ne savent pas de quoi il s'agit.

Le soutien des Wallons

A la question "Estimez-vous que le gouvernement wallon avait raison de s'opposer à la signature du traité du CETA ?", 41% des personnes interrogées répondent positivement. En revanche, 16% estiment que le gouvernement wallon avait "plutôt tort" et 11% qu'il avait "tout à fait tort".

Regardons de plus près ces résultats pour bien comprendre. Sans surprise, c'est en Wallonie qu'ils sont le plus nombreux à soutenir la démarche du gouvernement wallon. 61% des personnes interrogées approuvent cette action. Seulement 10% désapprouvent. Même constat en Région bruxelloise : 55% félicitent le gouvernement wallon et 17% estiment qu'il a eu tort. En revanche, en Flandre, l'accueil est tout autre : 26% des sondés saluent la résistance du gouvernement wallon mais 39% désapprouvent cette action.

Derrière ces négociations, un homme s'est illustré. C'est Paul Magnette (le PS), le Ministre-président du Gouvernement wallon. Il est apparu comme à la pointe du combat. Mais y a-t-il gagné auprès des citoyens ? Pour répondre à cette question, il faut regarder le volet "cote de popularité" du baromètre politique. Paul Magnette est aujourd'hui classé à la 7ème place en Région wallonne. C'est une place de mieux par rapport au précédent sondage du mois de septembre. L'effet de son opposition au CETA est donc très léger.  

Une lutte pour rien ?

Après de longues négociations et après avoir obtenu des garanties sur le mécanisme d'arbitrage entre entreprises et Etats, le gouvernement wallon a approuvé la signature du CETA. Qu'en pensez-vous?

Seulement 5% des sondés estiment que le gouvernement wallon a obtenu de vraies améliorations. 24% qualifient ces améliorations de mineures. 21% affirment que le gouvernement n'a quasi rien obtenu mais qu'il a été contraint de valider ce traité. Enfin, 19% se montrent très sévères en estimant que le gouvernement n'a quasi rien obtenu mais cherchait juste à se mettre en avant.  

Le pouvoir des entités fédérées

Cette crise autour du CETA aura montré qu'une Région peut, à elle seule, bloquer un traité international. Un geste salué par près de la moitié des personnes interrogées. 41% des sondés estiment effectivement que le pouvoir des gouvernements régionaux ou communautaires d'interférer sur des traités internationaux, est positif. 25% pensent le contraire.  

Sondage effectué par Dedicated, par internet, du jeudi 24 au lundi 28 novembre 2016, sur un échantillon strictement représentatif de 2.813 électeurs belges. Les enquêtes ont été réalisées dans chacune des 3 régions de Belgique: 1.007 en Flandre, 914 à Bruxelles (19 communes), 892 en Wallonie. La marge d'erreur maximale est de +/- 3,2% sur les échantillons de Wallonie, de Bruxelles et de Flandre et de +/- 1,8% sur l'échantillon total.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK