Le site de Caterpillar aux mains de la Région? Possible, mais peu probable

On parle de réquisition depuis plusieurs jours. Autrement dit : la Région wallonne pourrait reprendre la main sur Caterpillar Gosselies pour maintenir un maximum d’activité industrielle sur le site.

Alors, est-ce qu’une production comme celle de Caterpillar pourrait fonctionner si elle était pilotée par la Wallonie ? Sur le principe, c’est imaginable. Mais ça reste très peu probable à long terme parce qu'il y a problème majeur : l’approvisionnement et les débouchés commerciaux, les clients. Un réseau commercial que Caterpillar a construit en 50 ans de présence à Gosselies. En plus d'un nom et d'une solide réputation.

Recréer une telle filière et la gérer, ça demanderait du temps. Des moyens financiers et humains.

Autre obstacle : les brevets ou les secrets de fabrication qui protègent certaines pièces fabriquées à Gosselies.

Pourquoi pas plusieurs PME ?

Du coup, économistes et entrepreneurs Carolos ne se prononcent pas, évidemment. Mais ils jugent plus réaliste une reprise du site en morceaux, pourquoi pas avec plusieurs PME. Et pourquoi pas avec une réutilisation, même partielle des outils existants sur le site ? Ça demande des projets de production industrielle.

La Région wallonne a des outils financiers pour prendre des participations dans des entreprises.

A quelques centaines de mètres du site de Caterpillar, la Sonaca, une entreprise publique, se porte plutôt bien.

Les autorités wallonnes dans le secteur marchand, ce n’est ni une garantie de succès, ni une raison d’échec a priori. Mais la reprise du site de Gosselies pose aujourd'hui plus de questions qu'elle n'amène de réponses.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK