Caterpillar: les travailleurs vont débrayer une demi-journée jusqu'à vendredi

Les ouvriers de Caterpillar vont débrayer une demi-journée jusqu'à vendredi et une nouvelle réunion avec la direction.
Les ouvriers de Caterpillar vont débrayer une demi-journée jusqu'à vendredi et une nouvelle réunion avec la direction. - © Tous droits réservés

Les travailleurs de Caterpillar Belgium à Gosselies (Charleroi) ont décidé mercredi matin de débrayer une demi-journée. Ils feront de même, en principe, chaque jour jusqu'à la fin de la semaine. De source syndicale, l'idée sous-jacente à ces actions est de rappeler le contexte de fermeture face à un groupe qui insiste sur les impératifs de production et d'expédition alors que les ouvriers demandent toujours à la direction une augmentation de la prime extra-légale qui leur sera accordée au terme de la procédure Renault. La prime est jugée trop basse par les travailleurs. La première proposition de la direction ayant d'ailleurs provoqué des réactions de colères lundi matin.

Assemblées et réunions

Mercredi en début de journée, une assemblée générale a rassemblé sur le site plusieurs centaines de travailleurs. Elle avait été organisée suite aux débordements de lundi et à la mise en demeure adressée mardi à Caterpillar Belgium par Caterpillar SARL, le donneur d'ordre. Dans cette mise en demeure, la société de droit suisse demande à l'usine carolo de remédier à ses manquements contractuels. Ce qui implique notamment, selon elle, de retrouver certains niveaux de production et d'expédition.

Le débrayage de mercredi a eu des conséquences également pour les travailleurs des sous-traitants Yusen, qui ont sensibilisé des automobilistes à leur situation, et Eutraco, occupés sur le site de Caterpillar à Gosselies. Ils ont quitté provisoirement leurs postes de travail.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK