Caterpillar: les syndicats rencontrent les patrons belges de Gosselies

Les syndicats et la direction de Caterpillar se sont quittés vers 13h après une première réunion ce matin pour discuter ensemble de la phase 1 de la procédure Renault. Les syndicats se disent en partie rassurés par les noms des représentants de la direction qui mèneront les négociations

" Lacher un peu plus que les Américains "

C’est ce qu’exprime Cathy Verhaege, déléguée principal Setca chez Caterpillar : "Nous avons demandé quels interlocuteurs seraient en face de nous. On nous a certifié que ce seraient l’administrateur délégué général, Thierry Janssen et Anneleen Wauters qui est notre DRH." La présence des représentants belges de l’entreprise rassure la syndicaliste : "Ils nous connaissent. Nous avons un bon contact avec eux car nous les croisons tous les jours dans l’entreprise. Si l’on avait eu affaire avec les Américains cela aurait été beaucoup plus compliqué. Ici, on va parler avec nos tripes et leur dire vraiment ce que l’on ressent. Et j’espère que, sachant ce que l’on ressent, ils vont pouvoir lâcher un peu plus que les Américains."

L'objectif c'est comprendre. Accepter c'est autre chose

Les premières questions des syndicats porteront aussi sur les raisons de la fermeture. Pourquoi fallait-il fermer l'usine de Charleroi? A cela le CEO de Caterpillar Gosselies, Thierry Hansen répond "que nous n'avons pas, à ce stade, toutes les informations mais je vais faire le nécessaire. C'est mon rôle d'aller chercher les informations. Ce qui est certain, c'est que tout le personnel et la direction ont tout fait pour positionner l'usine de façon compétitive. Donc c'est difficile à comprendre. Le but de cette première phase de procédure c'est comprendre et c'est ce que nous allons faire... accepter c'est autre chose."

Et effectivement, c'est l'incompréhension dans les mots du délégué syndical principal de l'usine Ivan Del Percio qui retape sur le clou. "On ne comprend pas.", dit-il. "On nous dit encore aujourd'hui qu'on est les plus compétitifs, les meilleurs pour le marché européen et c'est notre usine qui ferme. Là il va falloir nous apporter des réponses. D'un point de vue industriel ça ne colle pas. On dirait que ce sont des choix financiers qui ont dirigé la multinationale."

Syndicats et direction se revoient la semaine prochaine. Les représentants des travailleurs promettent des actions en plus de la procédure Renault. Pour montrer leur colère, leur détermination et ne pas lâcher le monde politique. Ils fixent rendez-vous ce vendredi à 10h à Charleroi pour une manifestation.

4 images
La délégation des syndicats ouvriers de Caterpillar à la sortie. © Tous droits réservés
Cathy Verhaeghe représente les employés du Setca © Tous droits réservés
Les négociations se feront à l'abri des regards © Tous droits réservés
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK