Caterpillar: les autorités rencontrent les sous-traitants et sensibilisent les banques

De très nombreuses entreprises se manifestent, intéressées par les profils des travailleurs chez Caterpillar. Une réunion est organisée ce vendredi matin à 9h00 à Charleroi à l'initiative de Paul Magnette (PS).

"Des dizaines et des dizaines de patrons de petites et plus grandes sociétés ont spontanément pris contact avec nous, avec les organisations syndicales ou les fédérations professionnelles", explique le ministre-président wallon et bourgmestre de Charleroi.

Il ajoute : "On veut engager des travailleurs de Caterpillar ! Le personnel de Gosselies a une excellente réputation. Ce sont des gens très qualifiés, qui ont une productivité remarquable. Beaucoup de gens souhaitent les engager. Je veux leur dire qu’on les remercie pour cet élan de solidarité. C’est très important. Mais attention quand même à ne pas aller plus vite que la musique".

Et Paul Magnette de rappeler que l’on est encore aujourd’hui "dans la phase où l’on essaie de contredire le raisonnement de Caterpillar, de sauver tout ce qui peut l’être. Mais demain, si ces décisions devaient être confirmées, alors on mettra en place des cellules de reconversion. Et, évidemment, on se réjouit à l’idée qu’un très grand nombre de travailleurs puissent retrouver un emploi. Un emploi qui puisse valoriser leur savoir-faire et leurs compétences".

Ce vendredi matin à Charleroi, Paul Magnette rencontre donc quelques chefs d'entreprises qui pourraient aider, dans un premier temps, les travailleurs des sous-traitants de Caterpillar immédiatement impactés par la fermeture de l'usine de Gosselies.

Marcourt rencontre les banques

D'autres réunions étaient aussi prévues ce vendredi matin. Ainsi, le ministre wallon de l'Économie Jean-Claude Marcourt (PS) avait rendez-vous, dès 10h00, avec les représentants des principales banques du pays.

L'objectif de cette rencontre étant de se coordoner au mieux pour venir en aide aux entreprises, sous-traitants et fournisseurs impactés par la fermeture du site de Caterpillar Gosselies, ainsi que les travailleurs qui pourraient rencontre des difficultés financières.

Le gouvernement wallon recevra par ailleurs un des grands patrons américains de Caterpillar mercredi prochain à Namur. Les ministres régionaux espèrent encore faire reculer le géant US. Ou en tout cas le faire revenir en partie sur son intention de fermer le site de Gosselies.

Pour y arriver une task force a même été créée associant les organisations syndicales et le Comité de développement stratégique de Charleroi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK