Caterpillar: le fonds européen évoqué par Marianne Thyssen pour à nouveau aider la région

L'emploi est l'une des priorités majeures du programme de Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne. Lors de son entrée en fonction en novembre 2014, Jean-Claude Juncker avait expliqué vouloir garantir un triple A social à l'Union européenne. Alors comment est-ce que l'exécutif européen réagit ce vendredi après l'annonce de la fermeture de l'usine Caterpillar à Gosselies ?

Marianne Thyssen, la commissaire belge en charge de l'Emploi et des Affaires sociales, a tout de suite voulu réagir à l'annonce de la fermeture de l'usine : "Quand j'ai entendu cette annonce, j'ai été choquée, comme tout le monde. Je me rends compte que c'est à nouveau un coup dur pour la région de Charleroi, pour toute la région mais évidemment surtout pour les gens qui sont directement affectés".

Fonds européen d'ajustement à la mondialisation

Au delà de cette réaction à chaud, l'Union européenne peut concrètement directement aider la région en mettant en oeuvre le fonds européen d'ajustement à la mondialisation. Ce fonds est de 150 millions d'euros et peut être activé lorsque plus de 500 personnes sont licenciées dans une entreprise, notamment pour financer des projets destinés à les aider à retrouver du travail ou à créer leur entreprise.

Pour Marianne Thyssen, c'est une question de solidarité : "On veut se montrer solidaire et aider et soutenir les gens de la région. Grâce au fonds européen d'ajustement à la mondialisation, on a déjà aidé cette région en 2015 et 2016 lors d'annonce de licenciement collectif. On a déjà versé trois millions d'euros pour soutenir les gens. Et je pense qu'on peut le faire à nouveau cette fois. Il faut d'abord une demande des autorités belges pour activer ce fonds et dès que nous recevrons cette demande, je vais tout faire pour activer le fonds. Il faudra voir ce qu'on peut donner pour montrer notre solidarité, aider la région et accompagner les gens qui sont affectés".

Il faut soutenir les gens de la façon la plus utile

La région de Charleroi connaît déjà un taux de chômage assez élevé, alors qu'en est-il de l'efficacité d'une aide comme celle du fonds d'ajustement à la mondialisation ? Pour Marianne Thyssen, il est d'autant plus important que la région s'implique : "On doit faire ce qu'on pense qu'on doit faire et naturellement, ce doit être adapté aux problèmes de la région. C'est la raison pour laquelle il est très important que ce soit les gens de la région qui évaluent ce dont ils ont besoin et qu'ils développent des procédures, des idées, des projets pour soutenir les gens de la façon la plus utile".

Quant au triple A social évoqué par Jean-Claude Juncker au début de son mandat, les personnes directement affectées par les licenciements collectifs comme celui que connait Caterpillar Gosselies aujourd'hui ont sans aucun doute des difficultés à y croire. Pour Marianne Thyssen pourtant, ce n'est pas faute d'efforts de la part de la Commission : "Les gens qui subissent de tels licenciements se sentent souvent abandonnés et je peux imaginer qu'ils ne disent pas 'merci l'Europe sociale'. Mais d'un autre côté, je dois dire que oui, l'Europe est sociale. Et oui, on fait tout pour obtenir ce triple A. On met vraiment la croissance, les investissements et le social au cœur de nos politiques. Naturellement, on ne peut pas changer le monde en un jour. Nous ne sommes pas seuls, nous sommes dans une société de globalisation. On traverse une période de nombreux changements. Des changements qui vont aussi créer des emplois mais qui en détruisent d'autres. Nous en sommes bien conscients et nous sommes là pour accompagner cela".

Retrouvez toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK