Caterpillar Gosselies: liste des alternatives étudiées avant de fermer l'usine

Direction et syndicats de Caterpillar Belgium ont poursuivi, ce mercredi matin lors d'un nouveau conseil d'entreprise extraordinaire, l'examen de l'étude sur laquelle le groupe s'est appuyé pour décider de la fermeture de l'usine de Gosselies (Charleroi). Il fut notamment question des sept alternatives envisagées auparavant par le groupe, ont indiqué les syndicats.

Parmi les alternatives étudiées figuraient notamment l'arrivée à Gosselies de nouvelles productions, le départ d'autres et une restructuration partielle. La restructuration partielle du site français de Grenoble fut également étudiée ainsi que la fermeture de celui-ci.

"Les alternatives à la fermeture de Gosselies ne permettaient apparemment pas au groupe de parvenir aux chiffres escomptés", a affirmé Emmanuel Chemello, permanent CSC. Selon ce dernier, ce type de conclusions n'est guère étonnant dans la mesure où le site a perdu beaucoup de sa compétitivité après la restructuration intervenue en 2013. "En outre, fermer Gosselies permet au groupe de rapatrier vers d'autres sites non saturés la production carolo et donc en quelque sorte de résoudre d'autres problèmes au sein du groupe", a affirmé Emmanuel Chemello.

"C'est une étude purement financière et sans perspective industrielle", a ajouté pour sa part Cathy Verhaeghe, délégué principale Setca.

300 Carolos à Genève ce vendredi

Pour rappel, une délégation de 300 travailleurs se rendra à Genève vendredi. Selon Antonio Cocciolo, président de la FGTB Charleroi Sud-Hainaut, "Elle ira là-bas pour essayer de rencontrer la direction de Caterpillar SARL afin d’exiger un complément d’informations sur le fait qu’elle a appuyé les décisions de la corporation de fermer Gosselies mais aussi de mettre en application un plan de restructuration au niveau européen. La crainte des travailleurs de Gosselies aujourd’hui est que ce site financier et commercial européen de Caterpillar à Genève décide, à un moment donné, de ne plus jouer le jeu avec les travailleurs de Gosselies. On a forcé la direction à nous recevoir parce qu’ils sont responsables de cette situation. Je pense que, depuis le 2 septembre, jour de l’annonce de la fermeture, je trouve que Caterpillar Suisse a été très discrète alors qu’elle joue un rôle important dans les négociations sur le futur de Gosselies. Il n’y aura pas que des travailleurs belges dans notre délégation. C’est une démarche européenne. Tous les travailleurs des sites européens concernés par la restructuration de Caterpillar seront présents vendredi à Genève. Nous avons tout intérêt à réussir une mobilisation internationale pour obtenir des réponses de la part de cette entreprise américaine."

A Gosselies, la date du prochain conseil d'entreprise extraordinaire a été fixée au 28 novembre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK