Caterpillar: "C'est ma vie qui s'écroule", "J'ai beaucoup pleuré"

Fermeture complète du site Caterpillar à Gosselies
Fermeture complète du site Caterpillar à Gosselies - © BELGA

Après l'annonce de la fermeture complète du site de Caterpillar à Gosselies et le licenciement de 2200 personnes, le désarroi est grand sur place.

Une travailleuse témoigne au micro de la RTBF : "Ils ont commencé la procédure Renault, on ne s’y attendait absolument pas. Surtout après les investissements de 150 millions d’euros qui avaient été faits après la restructuration. C’est très difficile, car beaucoup de familles vont être en difficulté, j’ai beaucoup pleuré", confie-t-elle.

"Il y a 26 ans que je suis ici. On a toujours fait le maximum pour la société, mais, malheureusement, ce n’est jamais assez suffisant. Après 2013 et les 1400 personnes qu’on allait enlever on pensait que ça allait aller, mais c’est toujours le profit et les actionnaires, il n’y a jamais que ça qui compte, et ce au détriment des travailleurs."

"Ça fait vraiment mal car ici on a pressé les gens, on a tout fait, on a fait des heures où on n’était pas payés, on a perdu des salaires et tout ça finalement pour rien ", déplore cette travailleuse.

"Pendant la réunion, tout le monde se taisait, tout le monde avait les larmes aux yeux."

La direction a préféré vite remonter dans leurs voitures, plutôt que d'être confrontés aux ouvriers

Cet autre travailleur est inquiet pour son avenir et celui de sa famille. "C'est vraiment honteux. La direction a préféré vite remonter dans leurs voitures, plutôt que d'être confrontés aux ouvriers. (...) J'ai deux enfants à nourir. (...) La colère est très grosse, on va bloquer toutes les machines."

Regardez son interview :

J'ai les jambes coupées

Cet autre ouvrier était, lui, en chômage économique ce vendredi. Il a vite appris la nouvelle par un ami. "C'est ma vie qui s'écroule, dit-il. J'ai les jambes coupées". Il explique : "Il y a beaucoup de chômage économique ici. J'ai un collègue qui chôme 16 jours par mois, avec 60 euros par jour. Ce n'est pas beaucoup".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK