Aucun représentant de Caterpillar ne s'expliquera à la Chambre: "Un affront"

La direction justifie son absence à la Chambre par les dispositions contenues dans la loi Renault
La direction justifie son absence à la Chambre par les dispositions contenues dans la loi Renault - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

La Chambre vient de publier la liste des personnes qui seront entendues ce mardi en commission Économie et Affaires sociales concernant la fermeture de l'usine de Caterpillar Gosselies et le licenciement collectif de 2101 personnes. Et, surprise, aucun représentant de la direction de Caterpillar n'y figure.

Le groupe a donc décliné l'invitation à une audition en commission de la Chambre, arguant que "l'information et la consultation sur l'annonce d'intention du Groupe Caterpillar doit, conformément aux dispositions légales, se tenir avec et au sein de notre conseil d'entreprise."

Ce n'est donc pas parce qu'il ne souhaite pas s'exprimer, mais bien en raison d'une "impossibilité légale". La direction invoque le fait que la loi Renault lui impose de n'avoir de contacts qu'avec le conseil d'entreprise durant la procédure.

"Même Arcelor Mittal était venu s'expliquer"

Dans l'opposition, le député fédéral Jean-Marc Nollet (Ecolo) se dit scandalisé par l'absence de l'entreprise dans cette commission : "Comment peut-on mettre à mal la vie de 6000 familles depuis le fin fond des États-Unis, et ne même pas être foutu de venir se justifier devant le Parlement alors qu'on a profité des largesses du fédéral ?"

"Qu'ont-ils donc à cacher ?", s'interroge-t-il. "Évidemment que nous avions des questions à leur poser ! Il y a un minimum de respects, d'abord envers les travailleurs, mais aussi envers la démocratie. Je n'ai jamais vu un tel affront. Même Arcelor Mittal était venu s'expliquer à la Chambre."

La commission conjointe Economie-Affaires sociales de la Chambre entendra donc mardi à partir de 10h15 les seuls syndicats de Caterpillar. Le débat initialement envisagé mardi après-midi avec le Premier ministre Charles Michel sur la fermeture du site carolo est, lui, renvoyé à jeudi après-midi, a indiqué le président de la commission de l'Économie de la Chambre, Jean-Marc Delizée (PS).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK