Psychomotricité: malgré la non reconnaissance de la profession, des étudiants persistent

Malgré le refus, les étudiants en première année de baccalauréat sont environ 200 cette année.
Malgré le refus, les étudiants en première année de baccalauréat sont environ 200 cette année. - © Belga

L'année académique reprend dans l'enseignement supérieur et universitaire et ce, dans un contexte particulièrement difficile pour tous les étudiants en psychomotricité. Ils sont environ 1000 en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le pouvoir fédéral refuse de reconnaître la profession et d'organiser un remboursement des prestations par l'INAMI.

Malgré ce refus, les hautes écoles ont décidé de continuer à inscrire des étudiants en première année de baccalauréat. Ils sont environ 200 cette année.

C'est ce qui s'appelle un choix courageux, voire téméraire : s'inscrire dans un baccalauréat en psychomotricité alors que la ministre de la Santé Maggie De Block a annoncé en juin qu'elle refusait de reconnaître la profession. En d'autres termes, il n'y aura pas de remboursement par l'INAMI des actes posés par un psychomotricien, contrairement aux kinésithérapeutes, ergothérapeutes et logopèdes.

Les inscriptions en premier bac psychomotricité ont chuté cette année d'environ 50%. Mais ils sont encore 200 environ à s'engager dans cette voie.

"Nous sommes innovants"

Les hautes écoles qui organise la formation espèrent que le pouvoir fédéral changera bientôt son fusil d'épaule. "Beaucoup d’autres métiers paramédicaux ou avec reconnaissance obligatoire n’ont eu leur reconnaissance que bien plus tard après la formation, rappelle Emmanuel Devroye, directeur-président de la Haute école de la province de Namur. Nous, nous sommes innovants. Que le fédéral le soit aussi !"

En attendant cette hypothétique revirement politique, les hautes écoles préparent une réforme des programmes de cours. L'objectif est de proposer dès l'année prochaine aux étudiants diplômés en psychomotricité une passerelle en un an vers un diplôme d'ergothérapie, de logopédie, voire de kinésithérapie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK