Quelles options pour le Brexit après le discours de Theresa May?

Au moment où elle prend la parole devant les députés du Parlement britannique, la Première ministre Theresa May sait que cinq membres de son gouvernement viennent de démissionner. Elle prend la parole pour tenter de défendre l'accord qu'elle a signé avec Bruxelles.     "Le choix est clair: nous pouvons choisir de partir sans accord; risquer qu'il n'y ait pas de Brexit du tout; ou choisir de nous unir et soutenir le meilleur accord que nous pouvions négocier, [soit] cet accord.

Mais Mme May a fait valoir qu'aucun accord avec Bruxelles ne serait possible sans cette assurance. "L'UE ne négociera aucun partenariat futur sans elle". Si le projet d'accord n'est pas voté au Parlement, il sera caduque. Autrement dit, retour à la case départ pour tous les acteurs du dossier. Le vote devrait avoir dans les prochaines semaines, certains évoquent le mois de décembre.

Quelles options pour les Britanniques?

  • Soit Theresa May convainc une majorité de parlementaires de voter ce texte.
  • Soit ce texte est amendé. La mise en application du Brexit serait alors retardée.
  • Dernière option sur la table: les députés Pro-Brexit tentent d'organiser un vote de confiance. L'appui de 48 députés, soit 15% du groupe conservateur aux Communes, est nécessaire pour organiser un tel vote.  

Au sein des Tories, le projet d'accord est loin de faire l'unanimité. Les partisans du Brexit craignent qu'il n'oblige le Royaume-Uni à se plier aux règles de l'UE pendant des années, et l'empêche de véritablement couper les liens.

Quelles réactions dans en Europe? 

La chancelière allemande Angela Merkel s'est dite "très contente" qu'un accord ait été trouvé. Le Premier ministre français Édouard Philippe a jugé que le projet était "un grand pas" mais relevé que des "inquiétudes" demeuraient sur son adoption finale, notamment en raison de "l'actualité politique britannique". La France doit continuer à se "préparer" à une sortie sans accord a indiqué le Premier ministre français. 

Le président du Conseil européen Donald Tusk a lui indiqué qu'il ferait "tout ce qui est en (son) pouvoir pour que cet adieu soit le moins douloureux possible".

Page sur le Brexit dans notre JT 19h30 de ce jeudi 15 novembre:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK