Pêche post-Brexit : la France considère les mesures britanniques comme "nulles"

Les décisions prises par Londres sur les conditions de pêche imposées aux marins français après le Brexit sont "nulles et non avenues", et la France continue de s’y opposer avec "fermeté", a estimé le ministre chargé du Commerce extérieur Franck Riester, vendredi au micro de Sud Radio.

"Nous ne transigerons pas, le droit est très clair, les conventions doivent être respectées, […] les décisions qui ont été prises par les Britanniques, nous les considérons comme nulles et non avenues" a déclaré Franck Riester.

"Nous mettons beaucoup de fermeté […] et bien évidemment aussi un état d’esprit de désescalade, ce n’est pas la peine de prendre des risques inutiles", a toutefois poursuivi le ministre.

Sujet explosif tout au long des négociations sur les conditions de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, l’accès des pêcheurs européens aux eaux britanniques continue de provoquer des frictions malgré l’accord trouvé entre Londres et Bruxelles, en vigueur depuis le 1er janvier.


►►► Lire aussi : Iles anglo-normandes et Brexit : les pêcheurs français en colère quittent les eaux de Jersey


Selon Paris, le Royaume-Uni a publié la semaine passée une liste de 41 navires français, sur 344 demandes, autorisés à pêcher dans les eaux de Jersey, mais celle-ci s’accompagne de nouvelles exigences "qui n’ont pas été concertées, discutées ni notifiées avant" dans le cadre de l’accord.

"Ces licences ont été accordées en nombre bien insuffisant avec des conditions qui n’ont (pas) été expliquées" et des "autorités européennes […] pas consultées", "c’est en contradiction avec ce qui était dans l’accord de coopération", a estimé M. Riester. Dans un courrier commun adressé au commissaire européen à la Pêche Virginijus Sinkevicius, les présidents des régions Bretagne et Normandie réclament l’aide de l’UE sur ce dossier.

"Déjà durement éprouvé par la crise sanitaire, le secteur de la pêche a besoin de sentir que l’Union est là pour les protéger. Nous comptons donc sur vous pour faire pleinement respecter les accords signés afin que toutes les parties puissent bénéficier d’un accès équitable et non discriminatoire aux ressources halieutiques", peut-on lire dans ce courrier signé par Loïg Chesnais-Girard (PS) et Hervé Morin (Les centristes) et transmis vendredi à l’AFP.


►►► Lire aussi : Brexit : quels sont les gagnants et les perdants ?


Les deux présidents plaident également pour la "création d’un comité consultatif local, réunissant représentants des pêcheurs et autorités locales", rappelant que "la situation actuelle de la pêche dans les eaux de Jersey suscite l’incompréhension et la colère des pêcheurs bretons et normands qui opèrent dans ces eaux depuis des siècles".

Jeudi matin, une cinquantaine de bateaux de pêche bretons et normands ont protesté dans le calme, sous la surveillance de deux patrouilleurs de la Royal Navy, devant le port de Saint-Hélier à Jersey avant de repartir dans l’après-midi. Saluant un apaisement de la situation, le Royaume-Uni a rappelé ses deux patrouilleurs dans la soirée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK