Le Brexit pratique: qui pourra voter, où, quand et comment?

Une carte d'électeur pour le référendum sur le Brexit de ce jeudi 23 juin 2016
Une carte d'électeur pour le référendum sur le Brexit de ce jeudi 23 juin 2016 - © PAUL FAITH - AFP

C'est donc ce jeudi qu'aura lieu le référendum au Royaume-uni sur le maintien du pays dans l'Union européenne. 

Mais qui pourra donner sa voix dans ce référendum ? Pour participer au vote, il faut tout d'abord bien sûr le souhaiter et s'être inscrit sur les listes électorales avant le 9 juin à minuit. Pour s'y inscrire, il fallait être Britannique, ou Nord-Irlandais, résider sur place ou avoir quitté le pays depuis moins de quinze ans. Pour l'anecdote, il ne fallait pas être Reine d’Angleterre, puisque Sa Majesté n'a pas le droit de vote.

Les Chypriotes et les Maltais installés au Royaume-Uni pourront voter

Ces conditions excluent de facto les expatriés britanniques qui vivent depuis plus de quinze ans à l'étranger et qui n'ont pas été inscrits sur les listes électorales depuis tout ce temps. Les ressortissants européens, même s'ils vivent depuis des années, travaillent et paient leurs impôts en Grande-Bretagne, n'ont pas non plus le droit de voter.

Seule exception, les ressortissants des 53 pays du Commonwealth, une organisation d'États qui sont pour la plupart d'anciennes colonies britanniques. Les ressortissants de ces pays pourront voter s'ils résident en Grande-Bretagne. Cela revient à dire qu'un Sri-Lankais peut participer au vote sur l'avenir de l'Union européenne, mais pas un Français ou un Belge. Parmi les ressortissants de l'UE, seuls les Chypriotes et les Maltais peuvent aussi voter puisqu'ils sont aussi membres du Commonwealth.

La formulation de la question posée à ceux qui participeront au référendum a été soigneusement choisie pour éviter toute confusion. Sur le bulletin de vote, une question, deux choix : "Souhaitez-vous que que le Royaume-Uni reste dans l'Union européenne ou quitte l'Union européenne ?". Les options seront : "Rester un membre de l'Union européenne" ou "Quitter l'Union européenne".

Le votant n'aura plus qu'à cocher la case qui correspond à son souhait. Ça n'a l'air de rien mais une commission officielle s'est penchée sur la question et ne voulait pas de deux simples cases oui ou non, de peur que certains s'emmêlent les pinceaux en cochant oui, sans plus très bien savoir si cela correspondait à oui je reste ou oui je pars.

Le gouvernement britannique n'est tenu à rien après le référendum

Officiellement, ce référendum n'est pas contraignant. Le gouvernement britannique peut en faire ce qu'il veut. Il peut considérer que le référendum suffit et dans le cas d'un Brexit annoncer à l'UE que c'est fini. Il peut décider de faire confirmer cette décision par un vote au Parlement, mais il ne le fera sans doute pas. Il pourrait aussi dire que tout compte fait, ce référendum ne compte pas, et qu'on continue comme avant. Mais inutile de vous dire que cette dernière hypothèse n'arrivera pas. Le gouvernement britannique ne manquera pas de coller au résultat du référendum.

Et le référendum se déroule donc un jeudi. C'est le cas pour tous les votes au Royaume-Uni depuis 1935. Les mauvaises langues disent que c'est pour éviter que les travailleurs qui sont payés le vendredi et qui, c'est bien connu, fêtent leur paie au pub, ne soient encore saouls le weekend quand il s'agit d'aller voter... D'autres langues, moins méchantes, expliquent qu'auparavant le jeudi était le jour du marché et que, donc, les grandes villes drainaient pas mal d'habitants des villages.

On vote le jeudi, sauf en cas de match crucial à la Coupe du monde

Le fait est que le gouvernement britannique a déjà songé à repousser le vote au week-end, l'UE a même voulu unifier le jour de vote sur tout le territoire européen pour les élections européennes. Cette demande n'a évidemment pas rencontré l'enthousiasme des Britanniques.

À noter que plusieurs associations religieuses préfèrent également que les votes n'aient pas lieu les week-ends. Et puis, d'autres États membres votent également les jeudis, ou les vendredis ou même les samedis.

Une seule exception toutefois, en 1978. Après le décès d'un député, il a fallu organiser une élection partielle et, cette fois, le scrutin a eu lieu un mercredi. Il s'agissait à l'époque de ne pas tomber en pleine journée cruciale de la Coupe du monde de football...

Retrouvez toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK