Juncker: le Brexit n'est pas le début de la fin pour l'Union européenne

Jean-Claude Juncker, président de la Commission
Jean-Claude Juncker, président de la Commission - © JOHN THYS - AFP

La président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a assuré vendredi que le vote historique britannique en faveur d'un retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne ne signifiait pas le début de la fin pour l'UE.

A une question en conférence de presse lui demandant si ce vote signifiait la fin de l'UE, Jean-Claude Juncker a répondu "non", avant de quitter rapidement le podium et d'être longuement applaudi par les nombreux fonctionnaires européens présents dans la salle de presse.

"Ce que j'attends du couple franco-allemand, ce sont des prises de positions très claires", a-t-il dit après avoir lu une déclaration commune rédigée avec les présidents du Conseil européen, Donald Tusk, du Parlement européen, Martin Schulz, et de la présidence tournante de l'UE, le Néerlandais Mark Rutte.

"Je voudrais que pour tout le monde il soit très clair, évident, nécessaire, que le processus d'incertitudes dans lequel nous sommes entrés ne durera pas trop longtemps. Il faut accélérer les choses", a plaidé le chef de la Commission.

Dans leur déclaration commune, les dirigeants de l'Union européenne disent attendre "que le gouvernement du Royaume-Uni rende effective cette décision du peuple britannique dès que possible".

Juncker rassure les fonctionnaires européens britanniques

Dans une lettre envoyée aux fonctionnaires européens vendredi et diffusée par l'Agence Europe, le président de la Commission Jean-Claude Juncker se dit "personnellement très attristé" de l'issue du référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Il tient également à rassurer les fonctionnaires européens, principalement de nationalité britannique, sur leur avenir professionnel.

"D'après votre statut, vous êtes des 'fonctionnaires de l'Union'", argumente-t-il. "Vous travaillez pour l'Europe. Vous avez laissé vos 'chapeaux' nationaux à la porte lorsque vous êtes entrés dans cette institution."

Le Luxembourgeois insiste sur "l'énorme contribution au projet européen" que tous ces travailleurs ont apportée au fil des années. "C'est dans cet esprit de loyauté réciproque que je vais maintenant travailler avec les présidents des autres institutions européennes pour m'assurer que nous pourrons tous continuer à bénéficier de vos remarquables talent, expérience et engagement."

Jean-Claude Juncker dit comprendre les inquiétudes de nombre d'entre eux "sur l'avenir de vos familles qui ont pu vous suivre à Bruxelles, et celui de vos enfants qui sont peut-être scolarisés ici" et s'engage à faire tout ce qui est en son pouvoir pour les soutenir et "les aider dans ce processus difficile". "Notre statut sera lu et appliqué dans un esprit européen", affirme-t-il, ajoutant qu'il revient maintenant à "montrer le meilleur de la Commission".

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir