En Ecosse, Theresa May défend l'unité du Royaume-Uni face au Brexit

Theresa May avec Nicola Sturgeon à Édimbourg ce vendredi
Theresa May avec Nicola Sturgeon à Édimbourg ce vendredi - © LESLEY MARTIN - AFP

La Première ministre britannique Theresa May a défendu l'unité du Royaume-Uni menacée par le Brexit, ce vendredi en Écosse, dont la chef du gouvernement Nicola Sturgeon a envisagé d'organiser un nouveau référendum sur l'indépendance.

Pour son premier déplacement officiel depuis sa prise de fonctions, Theresa May, se disant prête à "écouter les différentes options", a rencontré pendant trois quarts d'heure Nicola Sturgeon, qui menace d'organiser un nouveau référendum sur l'indépendance si les intérêts des Écossais ne sont pas pris en compte.

Alors que le Royaume-Uni a voté à 52% pour quitter l'UE, l'Écosse a, elle, voté à 62% pour rester. Nicola Sturgeon avait déclaré dès le lendemain de la consultation du 23 juin que la question d'un deuxième référendum sur l'indépendance était désormais "sur la table", après celui perdu par les indépendantistes en 2014.

"Le peuple écossais s'est déjà prononcé en 2014 et a délivré un message très clair. Les gouvernements britannique et écossais avaient dit qu'il respecteraient ce vote", a déclaré Theresa May après la rencontre.

"Je veux le meilleur accord possible pour l'ensemble du Royaume-Uni", a-t-elle ajouté, insistant sur l'impératif de sauvegarder l'unité du royaume.

La Première ministre britannique a cependant dit qu'elle allait "écouter les différentes options que le gouvernement écossais pourrait présenter".

Elle n'a pas donné plus de détails sur la nature de ces "options", mais Mme Sturgeon a salué un geste d'ouverture et évoqué une discussion "constructive".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK