Plus de 15 000 flexi-jobbers dans le secteur horeca

Plus de 15.000 flexi-jobbers dans le secteur horeca
Plus de 15.000 flexi-jobbers dans le secteur horeca - © JASPER JACOBS - BELGAIMAGE

Six mois après l'introduction du système des flexi-jobs, 15 568 personnes travaillent dans ce cadre dans le secteur Horeca, indique mercredi le secrétaire d'État à la Lutte contre la fraude sociale Philippe De Backer (Open Vld). Les flexi-jobbers travaillent environ six heures par semaine et leur revenu s'élève à environ 67 euros.

Depuis le 1er décembre 2015, toute personne qui travaille au moins à 4/5e peut gagner des revenus complémentaires sans limites dans l'horeca grâce à un flexi-job. Sur ces revenus, il ne faut pas payer de cotisations sociales ni de précompte professionnel. Néanmoins, les flexi-jobbers se constituent simultanément des droits sociaux.

Qu’est-ce qu’un flexi-job ?

Un travailleur qui a fourni un nombre suffisant de prestations chez un autre employeur peut être occupé dans le cadre d’un flexi-job. Le flexi-job n’est pas passible du calcul de cotisations de sécurité sociale ordinaires, mais uniquement d’une cotisation patronale spéciale de 25%.

Flexi-jobs dans Dimona

Pour l’emploi de travailleurs flexi-job, il existe des règles particulières. Vous devez donc les déclarer d’une manière spécifique dans le service en ligne Dimona.

À partir du 26 novembre 2015, vous retrouvez le type de travailleurs "FLX" pour flexi-job dans Dimona.

Élargissement des heures supplémentaires

Comme autre mesure, le nombre d’heures supplémentaires non-récupérées qu’un travailleur peut prester par an a été étendu à 300. Pour un employeur avec un système de caisse enregistreuse (SCE), le nombre monte jusqu’à 360. Ces heures sont exemptées du calcul de cotisations de sécurité sociale.

Les modalités de déclaration concernant ces nouveautés se trouvent respectivement dans les glossaires et les instructions administratives.

Simplicité et flexibilité du système

"Les flexi-jobs dans l'horeca sont une réussite. Grâce à une combinaison de mesures, nous donnons une bouffée d'oxygène à de nombreux établissements", estime le secrétaire d'État.

"Le départ réussi des flexi-jobs révèle la simplicité et la flexibilité du système. C'est surtout important pour l'horeca, vu les grands défis dans ce secteur à forte intensité de travail qui nécessite une grande flexibilité. De plus, les premiers chiffres montrent que les flexi-jobs s'ajoutent à l'emploi fixe du secteur", précise-t-il.

Au premier trimestre 2016, sur une base mensuelle, 112 523 travailleurs fixes travaillaient (à temps plein ou partiel) dans l'horeca, contre 5297 flexi-jobbers.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK