En cas de crise comment communiquer avec ses proches?

En cas de crise comment communiquer avec ses proches
En cas de crise comment communiquer avec ses proches - © Tous droits réservés

Mardi matin, peu après l'annonce des attentats de Bruxelles, les réseaux de téléphonie mobile étaient saturés. Beaucoup de sont demandé pourquoi ? Des vies furent-elles en danger ? Tentative de réponse et conseils pour ce genre d’événements exceptionnels.

Les autorités ont rapidement communiqué un numéro: le 1771

Encore fallait-il parvenir à appeler ce numéro. Depuis 9 heures mardi matin, les réseaux de communication téléphonique étaient saturés.

L'opérateur de télécommunications Proximus a enregistré durant la journée environ le double d'appels passés avec des pics en matinée à 10 fois supérieurs à la normale, de SMS envoyés et de données de sessions mobiles qu'en situation normale.

Les appels téléphoniques vocaux après les attentats à Bruxelles étaient donc très difficiles à la suite d'une saturation générale du réseau.

Après de grosses perturbations durant toute la journée de mardi, les réseaux mobiles des opérateurs Base, Mobistar et Proximus fonctionnaient " globalement à nouveau normalement ", indiquait l'IBPT sur son site internet vers 17 heures, il a fallu beaucoup de temps pour un retour à la normale.

Que faire donc en cas d'attentats ou de catastrophe ?

En premier, le mieux est de ne communiquer que par SMS avec vos proches. 

En second, ou en parallèle vous pouvez si vous en disposez, utiliser votre data disponible ou vous connecter via un réseau wifi. Ce mardi, les fournisseurs Telenet et VOO et Proximus ont d'ailleurs décidé dans la journée de rendre accessible leurs "homespots" (le Wi-Fi accessible partout via les réseaux des particuliers) à toute la population, sans qu'une authentification ne soit requise.

Et uniquement en cas de contact avec les services de secours ou besoin impérieux utiliser l'appel téléphonique classique. Mardi, les appels vers les services de secours étaient garantis pas ceux vers vos familles ou connaissances question de priorités et de sécurité publique.

Les réseaux sociaux sont aussi des alliés efficaces

Depuis les attentats de Paris du Nigéria, Facebook a lancé un bouton "Safety Check", celui-ci permet aux personnes à proximité des lieux de communiquer à propos de leur état de santé. En postant un "I'm OK", les personnes sur Facebook peuvent donc rapidement rassurer leurs proches et ainsi éviter les inquiétudes.  

Ce mardi matin, Facebook a mis du temps pour activer ce fameux bouton ce qui a provoqué beaucoup d'inquiétudes et de colère sur les réseaux sociaux. Vers 11h15, seulement, les utilisateurs de Facebook géolocalisés à Bruxelles et Zaventem ont reçu une notification indiquant qu'ils pouvaient désormais rassurer leur proches.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK