Diesel ou essence: où vaut-il mieux faire le plein en Europe? (cartes)

L'accord budgétaire du gouvernement présenté le 23 juillet dernier l'annonçait : les accises sur le diesel augmenteront en 2016.

Cette décision fait partie d'un paquet de mesures dites "d'éco-fiscalité" qui permettront d'agir sur les comportements des citoyens en matière de santé et d'environnement. Les gaz d’échappement des moteurs diesel sont effectivement considérés depuis 2012 par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) comme étant cancérigènes.

Cela permettra par ailleurs bien sûr de renflouer quelque peu les caisses de l'État. À hauteur de 300 millions selon les chiffres avancés par l'équipe de Charles Michel.

À terme, l'objectif est aussi de réduire l'écart de prix entre diesel et essence, une réduction qui débutera dès 2016 et mènera à une forme d'uniformisation des prix de ces deux carburants avant la fin 2018. Il s'agit au final, annonçait le Premier, "d'induire une logique progressive pour la hausse des accises sur le diesel et la baisse des accises sur l'essence".

Selon le VAB, qui n'hésite pas à dénoncer une politique "anti-diesel", cette hausse des accises sur le diesel signifiera un coût supplémentaire de 95 à 133 euros par an d'ici 2018 pour les consommateurs de ce produit. Difficile pour l'instant de valider ce calcul, puisque l'augmentation précise n'est pas connue et conditionne qui plus est le prix d'achat, TVA comprise.

La Belgique jusqu'ici bien lotie pour le prix du diesel

Mais où se situe-t-on en matière de prix à l'achat pour le diesel ? Avec en moyenne un prix au litre d'1,17 euro, la Belgique est le huitième pays le moins cher, ex-aequo avec la Slovaquie, au sein de l'Union européenne, selon les chiffres de la Commission. Du moins tant que la mesure ne sera pas entrée en vigueur.

Notre voisin luxembourgeois reste le moins moins cher des 29 États membres avec un prix à la consommation d'1,0496 euro le litre de diesel. À l'inverse, le tarif au litre atteint au Royaume-Uni 1,699 euro.

L'essence chère en Belgique... pour l'instant

Quant à l'essence, nous sommes bien moins lotis : le litre d'Euro 95 est vendu à 1,4611 euro, classant la Belgique au 20ème rang européen. La baisse future des accises devrait toutefois corriger le tir.

Pour des prix plus démocratiques, il faut se rendre en Bulgarie ou en Estonie, où le litre à la pompe se paie respectivement 1,1845 euro et 1,1860 euro.

Rouler à l'Euro Super 95 en Italie, aux Pays-Bas ou encore au Royaume-Uni coûte par contre nettement plus cher: on dépasse là 1,6 euro du litre.

Sanctionner le recours au diesel ?

Augmenter le prix du diesel et réduire celui de l'essence fera en sorte de proposer des tarifs similaires à la pompe, quel que soit le carburant choisi. C'est aujourd'hui l'objectif du gouvernement, mais d'autres pays ont-ils déjà décidé d'aller dans cette direction ?

Pas tout à fait. Le Royaume-Uni et la Bulgarie sont les deux seuls pays à avoir opté pour un prix plus élevé pour le diesel par rapport à l'essence. La République tchèque, avec seulement 2 centimes d'euro d'écart, semble avoir bel et bien fait ce choix.

Pour le reste, les États membres de l'Union européenne se maintiennent pour la plupart à un écart de 6 à 20 centimes environ. Mais il est parfois beaucoup plus important : aux Pays-Bas, on atteint un écart de 40 centimes d'euro, tandis qu'en Belgique, le litre de diesel coûte en moyenne 30 centimes de moins que l'essence.

D'une manière générale, le diesel reste donc économiquement plus intéressant que l'Euro Super 95 dans 27 des 29 États membres de l'Union. À l'heure actuelle du moins. Car, si le but est, à terme, de "sanctionner" d'une certaine manière le recours au diesel, la Belgique serait parmi les premiers pays à franchir le pas.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK