Aménagement de jardin avec entreprise : conseils pour éviter l'échec

Planter une lavande, des pensées, semer des salades … c’est à la portée de tout le monde … ! Créer un jardin, l’aménager, réaliser des plantations, c’est une autre affaire. On fait alors appel à un entrepreneur de jardin, à un jardinier professionnel : c’est plus cher mais c’est sécurisant. C’est ce que pensait Anne et Bernard pour l’aménagement de leur nouveau jardin…

Malheureusement tout ne s'est pas déroulé comme attendu... L'entreprise a utilisé, à la demande du couple, un système de plaques pré-plantées pour avoir un résultat plus rapide. Le chantier est achevé. L'été s'avère chaud et sec. Le parterre commence à jaunir. Ensuite ce sont les pluies. Des plaques se détachent et les plantes noircissent. Échec total ! 10 000 euros fichus en l'air ...

Anne et Bernard avaient choisi le PACHYSENDRA qui ne pose en principe aucune difficulté. Les plaques demandent, elles, un arrosage pendant un certain temps après leur placement : il faut maintenir l’humidité jusqu’au moment où l’enracinement des plantes est suffisant. Si on rate l’arrosage, c’est foutu. Sans plaque, on désherbe, on travaille la terre puis on place les plantes avec une motte et des racines plus développées.

Ici, l’entreprise n’a pas fait que vendre les plaques et autres plantes: elle a réalisé un chantier ! Elle est tenue à une obligation de résultat … donc elle est responsable des dégâts ! 

Les plantations sont elles garanties ?

Il y a la garantie légale de 2 ans qui s'applique aux plantes comme aux animaux de compagnie. La garantie commerciale comme par exemple BRICO, garantit le remboursement de ses plantes et végétaux pendant 1 an à partir de la date d’achat reprise sur le ticket de caisse, si les plantes ne prennent pas. D’autres enseignes proposent une garantie de 3 ans. Et enfin une garantie de reprise qui est un gage de qualité : le professionnel s’engage à remplacer les végétaux qu’il a plantés et qui sont morts au cours du 1er cycle végétatif (avant le 1 ou 30 juin) suivant la plantation.

La profession d’entrepreneur de jardin est-elle protégée ?

Non ! N’importe qui peut se dire entrepreneur de jardin ou jardinier professionnel : une tondeuse, un coupe haie, une tronçonneuse et une camionnette avec le dessin d’un arbre ou de fleurs … et ça suffit pour s’installer comme jardinier … c’est simple comme bonjour. Aucun accès à la profession et attention aux cow-boys en circulation qui vous coupent des arbres, et qui aménagent votre jardin sans rien y connaître ou pas beaucoup, et enfin, qui vous font payer cher pour un résultat catastrophique.

Que faire si l'entrepreneur rechigne à refaire le travail sauf en payant à nouveau ?

Ne pas laisser tomber : discuter avec des arguments, constituer un dossier, essayer d’obtenir une rencontre avec l’entreprise, demander les coordonnées de son assurance responsabilité civile professionnelle, voir si l'assurance juridique peut prendre en charge le dossier. Il existe un service d'aide au consommateur.

Au pire, mettre des bottes et planter soi-même, ça coûtera moins cher...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK