Mons 2015: ça se passe au Ravel

Mons 2015 : Les responsables de l'évènement mettent la touche finale à l'organisation
2 images
Mons 2015 : Les responsables de l'évènement mettent la touche finale à l'organisation - © Tous droits réservés

Dimanche entre le Pass et le Grand Hornu, on inaugure en grande pompe un tronçon d’un kilomètre de Ravel, pour Réseau Autonome des Voies Lentes. Et pour l'occasion, le Ravel se pare d’installations artistiques destinées à s’ancrer dans le paysage. Cela s’appelle " Tombez volontiers dans le panneau ", des artistes de cirque, des musiciens vous y attendent dimanche pour une courte promenade à faire à pied, à vélo ou en roller.

C’est donc la ligne 98C du Ravel qui est mise à l’honneur ce week-end, un kilomètre choisi pour son patrimoine minier que les organisateurs souhaitaient mettre en valeur : " On souhaitait en parler de manière ludique, en faire un espace de rencontre. Le passé minier a encore une importance pour les personnes âgées mais est méconnu des plus jeunes et donc ce petit parcours permet de découvrir un petit peu l’histoire. "

Ces installations artistiques sont principalement des œuvres de peinture et de sculpture, la plupart perchées sur des panneaux comme l’œuvre " rétro gaming où on mélange les jeux vidéo vintage avec le passé minier, donc le petit Mario devient Marco le mineur " nous explique Muriel Loth, organisatrice de l’évènement.

Lauréat de l’appel à projet Mons 2015

C’est l’ASBL " Blanc murmure " qui est à la base du projet, " il a commencé en 2009, nous avions déjà deux installations " nous confie Muriel mais cela demandait un certain investissement.

Au même moment, Mons 2015 a proposé un " Appel à projet citoyen ", les lauréats avaient la possibilité de voir leur idée aboutir. " On trouvait pertinent au niveau de la région, des habitants et du Ravel de participer à cet appel à projet de Mons 2015 ".

Un projet pour et avec tous

" Le but était de travailler avec les institutions de la région, les écoles, les institutions culturelles et sociales, et trois artistes ont participé à ce projet. Il y a par exemple Olivier Sonck qui a travaillé avec les enfants de l’école Sainte-Bernadette, ils ont peint des mots aux pochoirs sur le Ravel. "

Les installations, ils l’espèrent, resteront ancrées pour un certain nombre d’années : " elles resteront tant qu’elles peuvent vivre, et nous aimerions dans l’avenir faire une biennale pour que cet espace puisse continuer à vivre " révèle l’organisatrice.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK