Le tireur du Thalys est officiellement suspecté de terrorisme

Dans le cadre de l'enquête en France sur l'attentat déjoué dans le Thalys vendredi dernier, Ayoub El Khazzani est désormais officiellement suspecté de terrorisme. Il restera en prison en France.

Le procureur de Paris, François Molins, a donné ce mardi après-midi une conférence de presse pour annoncer la prolongation de sa détention provisoire et l'ouverture d'une information judiciaire pour tentatives d'assassinats à l'endroit de tous les passagers du Thalys, en relation avec une entreprise terroriste, détention et port illégal d'armes et participation à une association de malfaiteurs.

Le tireur du Thalys a déclaré aux enquêteurs avoir séjourné en France entre 5 et 7 mois l'an dernier. Selon le procureur de Paris, les précautions nécessaires ont été prises par les services de renseignement français.

Le suspect avait 270 munitions pour un fusil d'assaut AKM et une "bouteille de 50 cl contenant de l'essence" a aussi indiqué le procureur.

"Déclarations fantaisistes"

Soulignant son attitude de "résolue", François Molins a qualifié la version des faits donnée par l'auteur de l'attentat déjoué contre le Thalys Amsterdam-Paris de "déclarations fantaisistes" et d'"explications peu crédibles".

En cause notamment, ses ressources financières : il avait choisi de prendre un billet de 1ère classe en le réglant comptant 149 euros alors que des billets moins chers lui ont été proposés dans des Thalys partant plus tôt. Il cite aussi son projet de braquage des passagers du train avant une fuite par une fenêtre du Thalys qu'il aurait brisée.

Un séjour à Molenbeek

Revenu le 4 juin dernier de Turquie, Ayoub El Khazzani a, selon le procureur, aussi séjourné un certain temps chez sa soeur à Molenbeek. Son domicile a été perquisitionné par les enquêteurs belges lundi et elle a été entendue ce mardi.

François Molins souligne que les explications données par le suspect sont devenues de plus en plus "évasives" avant qu'il ne se barricade dans "son droit au silence".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK