Thalys: le suspect dit "être un simple braqueur"

Le suspect de l'attaque vendredi contre le Thalys Amsterdam-Paris a été formellement identifié comme étant Ayoub El Khazzani, le ressortissant marocain signalé par les services de renseignement espagnols comme appartenant à la mouvance islamiste radicale, a-t-on appris samedi de source policière. L'homme, qui aura 26 ans le 3 septembre, a été identifié par divers éléments matériels, dont ses empreintes digitales.

L'homme a a tenté, en partant de la dernière voiture du Thalys Amsterdam-Paris de vendredi soir, de commettre un carnage. Il était monté dans le Thalys à Bruxelles-Midi. Armé d'un fusil d'assaut kalachnikov, d'un pistolet automatique, de neuf chargeurs et d'un cutter, il a ouvert le feu à au moins une reprise à 17h50, peu après le passage du convoi en France.

Que sait-on d'autre de lui depuis qu'il a été maîtrisé par trois jeunes Américains et un Britannique? 

"Des sources de l'unité antiterroriste espagnole ont indiqué que ce jeune, qui apparaissait dans les registres comme radical, a résidé en Espagne pendant un an, jusqu'en 2014, au moment où il a décidé de déménager en France", écrit le quotidien espagnol El Pais. "Ces mêmes sources ont précisé que l'auteur de l'attaque a ensuite voyagé en Syrie, avant de retourner peu après vers l'Hexagone", ajoute le journal.

Les Français de BFM TV affirment qu'Ayoub-el-Qahzzani nie être un terroriste et prétend être "un simple braqueur". Il a dit avoir "voulu rançonner les passagers sous la menace de ses armes". Il aurait "trouvé les armes dans un parc", à Bruxelles, dans un sac. Cela ne convainc pas les enquêteurs, a-t-on indiqué samedi de source policière française.De nombreuses vérifications sont en cours mais, selon les premiers éléments de l'enquête, cet homme n'a jamais été emprisonné et n'a pas le profil d'un délinquant.

Des informations contradictoires

Les services français avaient déclenché, en 2014, une fiche "S" le concernant, afin que les forces de sécurité en réfèrent aux services de renseignement s'il était repéré.

Le 10 mai 2015, du fait de ce fichage, les services français l'ont localisé à Berlin, où il a embarqué pour la Turquie, ce dont ils ont informé l'Espagne le lendemain, a-t-on indique de même source. Dix jours plus tard, selon cette source, les autorités espagnoles indiquaient aux services français que cet homme était désormais installé en Belgique.

C'est "très surprenant et pour le moins original qu'aujourd'hui une source espagnole fasse état d'informations en totale contradiction avec les éléments qui nous ont été transmis jusqu'à maintenant", a commenté samedi une source policière.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK