Attentat de Barcelone: le point sur l'enquête, un suspect toujours en fuite

Attentat de Barcelone: le point sur l'enquête, un suspect toujours en fuit
Attentat de Barcelone: le point sur l'enquête, un suspect toujours en fuit - © JOSE JORDAN - AFP

Moins d'une semaine après l'attentat de Barcelone, où en est l'enquête ? Les arrestations se multiplient sur le territoire espagnol. Les autorités sont à pied d'oeuvre pour faire avancer l'enquête. Le conducteur de la camionnette de la Rambla a d'ailleurs été identifié, a annoncé la police ce lundi matin. Le point avec Henry de Laguérie, correspondant de la RTBF en Espagne.

La police est-elle toujours à la recherche d'un suspect des attentats ?

Oui, il s'agit de Younes Abouyaaqoub, un Marocain de 22 ans dont les enquêteurs pensent qu’il était au volant de la fourgonnette qui a foncé sur la Rambla. Il est toujours en fuite. Les 3 véhicules des terroristes ont été loués avec sa carte bancaire.

La police a mis en place un important dispositif de contrôle dans le nord de la Catalogne, là où se trouve Ripoll, cette ville d’origine de la plupart des membres de la cellule terroriste, mais aussi des contrôles dans le village de Manlleu, au nord de Barcelone, où aurait été retrouvé le Kangoo blanc que les enquêteurs cherchaient depuis jeudi.

Les policiers surveillent aussi particulièrement le pôle frontière de La Jonquera, sur la route qui mène à Perpignan. Cela fait donc 4 jours désormais qu’on recherche cet homme, alors que la majorité des membres de cette cellule terroriste sont soit décédés, soit entre les mains de la police.

L'enquête se dirige également vers un imam.

C'est l’imam de Ripoll, un homme de 43 ans. Cet homme est soupçonné d’être le cerveau de cette cellule. C’est lui qui aurait radicalisé tous ces jeunes hommes. Il est né au Maroc. Il est arrivé il y a 2 ans à Ripoll. Il portait la barbe et se faisait très discret. Il vivait dans un tout petit 2 pièces du centre-ville, adossé au monastère et, dit-on, il donnait des cours d’arabe aux enfants.

Il avait été condamné à 4 ans de prison pour trafic de drogue en Espagne il y a quelques années. Il avait été libéré en 2012 et, d’après le journal El Mundo, il aurait rencontré en détention des hommes condamnés pour l’attentat de la gare d’Atocha à Madrid, en 2004.

>>> A lire également: Abdelbaki Es Satty, l'imam marocain qui aurait "mangé le cerveau" des jeunes

L’année dernière, il a passé plusieurs mois en Belgique

L’année dernière, il a passé plusieurs mois en Belgique, à Vilvorde, un séjour qui intrigue les enquêteurs, alors qu’il n’avait là-bas aucune activité déclarée. Il est introuvable depuis mardi dernier. Il est peut-être décédé dans l’explosion involontaire mercredi de la maison qui servait de base arrière aux terroristes.

Il est introuvable, mais ce qui a été trouvé, en revanche, c’est 210 bonbonnes de gaz. Qu’en déduire ?

Cent-vingt bonbonnes de gaz ont été trouvées dans une maison à Alcanar, une ville à 200 km au sud de Barcelone. C’est une maison qui servait de base arrière des terroristes, d’atelier clandestin. Là-bas, ils préparaient certainement des bombes et un attentat d’une bien plus grande ampleur. Cette maison a explosé mercredi soir, alors que les terroristes se trouvaient à l’intérieur. Bilan : 2 morts, et peut-être 3 puisque la police pense qu’il y a peut-être un troisième cadavre dans les ruines. C’est dans cette maison que, selon la police, la cellule terroriste préparait un attentat d’une bien plus grande ampleur. On évoque notamment la piste d’une fourgonnette piégée remplie de bombes.

>>> À lire également: les étranges voisins d'Alcanar, où un laboratoire d'explosifs a sauté

Pour terminer, le niveau d’alerte est maintenu ?

Oui. Le gouvernement espagnol a maintenu le niveau d’alerte 4 sur 5, mais il a annoncé des renforcements de la sécurité, avec un renforcement des effectifs de police notamment dans les zones d’affluence touristique et des contrôles bien plus renforcés aux frontières.

Mais l’Espagne n’a pas voulu relever au niveau 5, c’est-à-dire au maximum. Ce niveau 5 signifie qu’il y a un risque d’attentat imminent. Et en l’état actuel des choses, le gouvernement considère que ce n'est pas le cas, même si, évidemment, le pays est en alerte très élevée.

Sujet JT 13h du lundi 21 août

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK