Attaque de Barcelone: des marques de soutien du monde entier

"Mes plus profondes condoléances aux familles et aux proches des victimes, à Mariano Rajoy et aux citoyens d'Espagne", a écrit Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, sur Twitter.
"Mes plus profondes condoléances aux familles et aux proches des victimes, à Mariano Rajoy et aux citoyens d'Espagne", a écrit Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, sur Twitter. - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Emmanuel Macron, Donald Trump ou encore Barack Obama, Fernando Alonso et le Pape condamnent d’une même voix le terrorisme aveugle et expriment leur solidarité avec le peuple Barcelonais. Les autorités ont également voulu montrer leur unité face à terreur, que ce soit à Madrid ou à Barcelone.

Espagne

"Les terroristes ne vaincront jamais un peuple uni qui aime la liberté face à la barbarie", a tweeté Mariano Rajoy, le chef du gouvernement espagnol.

"Ils ne nous terroriseront pas. Toute l'Espagne est Barcelone. Les Ramblas appartiendront de nouveau à tous", a écrit le palais du roi espagnol Felipe VI.

Le joueur de football vedette du Real Madrid, le Portugais Christiano Ronaldo, s'est dit "consterné par les nouvelles de Barcelone."

"Que Dieu réconforte toutes les familles", a posté sur son compte Twitter le Brésilien Neymar, qui a joué au FC Barcelone de juin 2013 à août 2017 avant de rejoindre le Paris Saint-Germain.

Royaume-Uni

Le Royaume-Uni, frappé par plusieurs attentats au cours des derniers mois, est "solidaire de l'Espagne contre le terrorisme", a réagi la Première ministre britannique.

"Mes pensées vont aux victimes de la terrible attaque survenue aujourd'hui à Barcelone et aux services d'urgence", a déclaré Theresa May sur Twitter.

États-Unis

"Les États-Unis condamnent l'attaque terroriste de Barcelone et feront tout ce qui est nécessaire pour aider", a indiqué le président Donald Trump sur Twitter. "Soyez courageux et forts, nous vous aimons!"

Peu avant, le secrétaire d’État Rex Tillerson avait assuré que les États-Unis seraient aux côtés de l'Espagne dans l'enquête à venir.

France

Le président Emmanuel Macron a transmis "la solidarité de la France pour les victimes de la tragique attaque à Barcelone". "Nous restons unis et déterminés", a-t-il dit sur Twitter.

La maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé que la tour Eiffel serait éteinte à 00h45 dans la nuit de jeudi à vendredi "en hommage aux victimes de l'attentat de Barcelone".

Allemagne

Le porte-parole de la chancelière Angela Merkel a dénoncé une attaque "révoltante". "Nous pensons avec une profonde tristesse aux victimes de l'attaque révoltante de Barcelone", a déclaré Stefen Seibert sur son compte Twitter.

Belgique

"La folie meurtrière des terroristes frappe à Barcelone", a écrit sur Twitter Didier Reynders, le ministre des Affaires étrangères, dont le pays a été durement touché par des attentats djihadistes. "Nous sommes à nouveau solidaires et pensons aux victimes et à leurs proches"

Canada

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau s'est exprimé sur Twitter: "Le Canada condamne l'attentat terroriste de Barcelone. Nos pensées, nos condoléances et notre soutien vont aux victimes et à leur famille".

Pays-Bas

C'est une "attaque lâche contre des personnes innocentes", a déclaré le Premier ministre Mark Rutte sur sa page Facebook, parlant d'un "jour noir".

Italie

"Barcelone la splendide, l'amie, est attaquée. L'Italie est proche des autorités locales et espagnoles", a déclaré Paolo Gentiloni, le chef du gouvernement italien.

Le pape François a quant à lui fait part de sa "grande préoccupation" et de sa proximité avec le peuple espagnol.

Grèce

Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a exprimé sa "solidarité avec le peuple espagnol", sur Twitter. "En ces moments difficiles, les pensées de tous sont à Barcelone".

Russie

Le président russe Vladimir Poutine, a appelé à une lutte mondiale contre "les forces du terrorisme". "Ce qui s'est passé confirme une fois de plus la nécessité d'une unification véritable des efforts de toute la communauté mondiale dans une lutte sans compromis contre les forces du terrorisme", a déclaré Vladimir Poutine dans un télégramme de condoléances au roi d'Espagne Felipe VI, qualifiant l'attaque de "crime cruel et cynique".

Israël

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a appelé le "monde civilisé" à s'unir contre le terrorisme. "Israël condamne fermement l'attaque terroriste à Barcelone. (...) Ce soir, nous avons à nouveau vu que le terrorisme frappe n'importe où".

Turquie

Le ministère des Affaires étrangères turc a condamné "avec la plus grande fermeté" l'attaque de Barcelone dans un communiqué. "Nous réitérons notre résolution à rester solidaires de l'Espagne, qui est un (pays) ami et allié de la Turquie, et de fournir à cette fin toute l'aide possible".

Japon

Le ministre japonais des Affaires étrangères Taro Kono, a exprimé ses "plus profondes condoléances" aux victimes et à leurs familles: "En ces temps très difficiles, j'aimerais dire notre solidarité avec l'Espagne".

ONU

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a "condamné les attaques" et "présenté ses sincères condoléances aux familles et proches des personnes tuées ainsi qu'au gouvernement et au peuple espagnol".

Il souhaite "un prompt rétablissement aux blessés et espère que les responsables de cette violence haineuse vont être rapidement traduits en justice". Antonio Guterres a fait part de la solidarité des Nations Unies "avec le gouvernement espagnol dans son combat contre le terrorisme et la violence extrémiste".

"Les membres du Conseil de sécurité des Nations unies condamnent de la façon la plus ferme l'attaque terroriste barbare et lâche de Barcelone", a précisé un communiqué du Conseil: "Ils réaffirment que le terrorisme sous toutes ses formes et manifestations constitue une des menaces les plus graves à la paix et la sécurité au niveau international".

UE

"Mes plus profondes condoléances aux familles et aux proches des victimes, à Mariano Rajoy et aux citoyens d'Espagne", a écrit Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, sur Twitter.

Le président du Parlement européen, Antonio Tajani, a offert son "plein soutien" aux autorités espagnoles. "L'UE unie pour défendre la paix", a-t-il poursuivi sur Twitter.

Pour le président du Conseil européen, Donald Tusk, sur Twitter, "toute l'Europe est avec Barcelone".

Otan

Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a dénoncé sur Twitter une "terrible" attaque: "Nous restons unis dans la lutte contre le terrorisme".

La classe politique espagnole s’est également mobilisée.

Le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a interrompu ses vacances en Galice et s’est rendu dès jeudi soir en Catalogne à Barcelone, où il a réalisé une déclaration. Un message de solidarité et de fermeté où il a insisté aussi sur l’unité institutionnelle.

Une minorité ne va pas mettre un terme à notre façon de vivre

Il a assuré qu’il apporterait toute l’aide de l’Etat espagnol à la Catalogne. Quelques heures avant, Carles Puigdemont, le président de la région catalane assurait, en évoquant les terroristes, "qu’une minorité n’allait pas mettre un terme à notre façon de vivre".  La maire de Barcelone, Ada Colau, à ses côtés, visiblement très émue, a assuré que Barcelone a toujours été une ville de paix et de dialogue et qu’elle restera. Les autorités principales de Barcelone, de la Catalogne et de l’Etat espagnol seront vendredi à midi réunies pour une minute sur la place de la Catalogne, juste à côté des lieux de l’attentat. Le roi Felipe VI, Mariano Rajoy, le président du gouvernement espagnol et le président de la Catalogne, Carles Puigdemont, côte à côte pour cette minute de silence.

 

Mike Pence, le vice-président des USA, a aussi fait une déclaration, lors d'un séjour au Panama

Vidéo anglais:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK