Terrorisme: la police belge satisfaite des mesures prises par Charles Michel

Les réactions ne se sont pas faites attendre après l'annonce à la Chambre, par le Premier ministre Charles Michel, de nouvelles mesures pour lutter contre le terrorisme et la radicalisation.

Sur le plateau du Journal Télévisé de 13h, le président du Syndicat Libre de la Fonction Publique Police (SLFP Police) a avant tout salué la victoire de la raison et de la lucidité: "Ces 400 millions sont le signe que des personnes, au sein du gouvernement, partagent la même vision que le SLFP Police".

Pour quoi faire ?

L'affectation et la répartition exacte de ce surplus budgétaire n’est cependant pas encore connue même si 520 militaires ont d'ores et déjà été déployés dans les aéroports, les gares et autres lieux sensibles afin d'épauler les services de police.  

Un renfort adéquat pour Vincent Gilles "C’est un plus indéniable. Les soutiens spécialisés de l’armée, comme les démineurs, ne cessent depuis trois jours d’intervenir. Pour le reste, nous allons insister sur la nécessité de garantir les postes nécessaires afin de garantir les gardes à vue prolongées et les perquisitions 24h/24. Pareil pour les écoutes téléphoniques supplémentaires, ce sont autant d’hommes supplémentaires nécessaires".

D’autres mesures, certaines sans coût réel, continuent néanmoins de faire l’objet de discussions. C’est notamment le cas du port d’arme permanent pour les des policiers. En France, les forces de l’ordre peuvent en effet garder cet élément de leur équipement de service en dehors des heures de travail. Pas en Belgique.

"Une majorité de policiers ne comprend pas pourquoi cette interdiction est toujours en vigueur chez nous. Nous serions assez preneurs d’une autorisation généralisée".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK