Plainte contre le procureur français dans le dossier Abdeslam: "Je suis serein"

Plainte contre le procureur français dans le dossier Abdeslam: "Je suis serein"
Plainte contre le procureur français dans le dossier Abdeslam: "Je suis serein" - © DIRK WAEM - BELGA

Le procureur de Paris, François Molins, était à Bruxelles ce lundi. Il y a rencontré, dans le cadre des enquêtes terroristes en cours, les représentants du parquet fédéral belge.

Cette réunion était prévue de longue date, mais les évènements de la semaine passée, avec l'arrestation du suspect numéro 1 dans les attentats, Salah Abdeslam, ont accéléré l'enquête et les échanges d'informations.

A l'issue de cette rencontre, le procureur français a réagi à propos de la plainte en constitution de partie civile, introduite à l'encontre de l’État français par l'avocat de Salah Abdeslam. Sven Mary reproche au procureur de Paris d'avoir divulgué des éléments de la déposition de son client, samedi. "Je suis serein sur cette question parce que on travaille sur des dossiers suivis par des juges d’instruction français et belge qui sont unis par des équipes d’enquête communes, explique François Molins. Avec notre collègue belge, nous avons donc un dossier commun, et nous avons la possibilité de nous exprimer en fonction de nos règles procédurales propres. Ces règles demandent au procureur à s'exprimer dans le respect du secret de l’enquête et de l’instruction, mais l'autorisent à donner des informations objectives pour corriger informations erronées et pour éviter la propagation de rumeurs non fondées."

Le procureur fédéral belge Frédéric Van Leeuw et le procureur de Paris, François Molins ont présenté les diverses collaborations entre les équipes d'enquête belges et françaises. Ils ont cependant refusé de donner plus de détails sur l'enquête en cours, en ce compris sur Najim Laachraoui. "Nous sommes loin d'avoir assemblé toutes les pièces", commente François Molins. "Il y a encore plusieurs personnes qui sont recherchées, et doivent s'expliquer", justifie aussi Frédéric Ven Leeuw.

Il n'est pas clair si Salah Abdeslam planifiait de nouveaux attentats en Belgique ou ailleurs, a aussi indiqué lundi le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw. "Le fait d'être tombés sur des combattants étrangers armés d'armes de guerre lourdes, est bien entendu préoccupant. Il est évident qu'ils n'étaient pas ici pour un pique-nique. L'enquête devra déterminer s'ils planifiaient ou préparaient des attentats."

"Une coopération de qualité"

François Molins et Frédéric Van Leeuw ont réaffirmé l'importance de la "qualité de la coopération internationale" entre les équipes d'enquête des deux pays. "Elle passe par l’entraide pénale internationale, avec quatre équipes communes d’enquête - sur le dossier de l'attentat du  Thalys, celui de l'attentat de Mehdi  Nemmouche au Musée juif, le dossiers concernant les perquisitions à Verviers et les attentats du 13 novembre - ainsi que 13  demandes d’entraide pénale."

"La coopération passe aussi par des rencontres régulières dans un cadre soit bilatéral entre la section antiterrorisme de Paris et le parquet fédéral. Nous nous rencontrons également dans le cadre multilatéral du groupe quadripartite composé par la Belgique, la France, le Maroc et l'Espagne. La relation bilatérale est fondée sur la loyauté, le respect mutuel et le souci d'assurer une réponse efficace contre le terrorisme. Ce même souci d'efficacité a permis à la France de remettre Mehdi Nemmouche à la Belgique."

"Près de 60 dossiers terrorisme ont été ouverts en Belgique cette année", a ajouté Frédéric Van Leeuw.

François Molins a par ailleurs estimé qu'il appartenait à la justice belge de se prononcer sur l'extradition de Salah Abdeslam vers la France. "Il y a une forte attente de la justice française et surtout des victimes", a-t-il indiqué.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK