Quatre personnes et une voiture immatriculée en Belgique recherchées à Genève

Le niveau d'alerte a été relevé à Genève
2 images
Le niveau d'alerte a été relevé à Genève - © Archive FABRICE COFFRINI - AFP

La police à Genève "recherche activement" des personnes liées à la mouvance djihadiste dont le signalement lui a été fourni mercredi, et le niveau d'alerte a été relevé, a annoncé jeudi le Département de la sécurité genevoise. Le journal La Tribune de Genève affirme par ailleurs que deux autres personnes sont également recherchées, entrées en territoire suisse avec un véhicule utilitaire immatriculé en Belgique dans la nuit de mardi à mercredi.

Le véhicule aurait été aperçu à Genève avant de quitter la Suisse. Le journal dit qu'on ne sait pas si les deux affaires sont liées.

"Nous sommes passés d'une menace floue à une menace précise" a déclaré à la radio suisse Emmanuelle Lo Verso, chargé de la communication du Département de la sécurité genevoise.

Quatre hommes sont recherchés, liés au groupe terroriste État islamique, a indiqué un vétéran des gardes de l'ONU. Ce sont, selon nos informations, les services de renseignements américains qui ont signalé leur présence sur le territoire suisse, en transmettant deux photos des suspects. Ils se trouveraient dans la région genevoise depuis une semaine.

Les autorités ne donnent aucune information sur la nature des suspicions qui pèsent sur eux. Mais le ministère public genevois vient d'annoncer qu'il ouvrait une enquête pour "actes préparatoires d'actes délictueux", un article du code pénal qui pourraient correspondre des activités de type terroriste.

Sur la cible potentielle, rien non plus n'est confirmé. Mais les regards se tournent vers les organisations internationales, où la sécurité a été massivement renforcée aujourd'hui.

Les Nations Unies ont leur siège européen à Genève et il fait l'objet jeudi d'une surveillance accrue avec de nombreux gardes armés de fusils automatiques, une mesure tout à fait inhabituelle.

À Genève et sa région, des forces de police supplémentaires ont été déployées et le niveau d'alerte relevé, précise le Département dans un communiqué. Des policiers supplémentaires ont notamment été déployés à l'aéroport et à la gare.

"Les autorités genevoises ont reçu mercredi après midi de la part de la Confédération (ndlr les autorités fédérales à Berne) le signalement d'individus suspects susceptibles de se trouver à Genève ou dans la région genevoise. Des investigations sont menées en étroite collaboration avec les services nationaux et internationaux afin de pouvoir localiser et interpeller ces individus", affirme la police de Genève.

Elle précise qu'elle ne fournira pas d'autres précisions pour des "raisons opérationnelles".

Une mise en garde aurait été spécialement adressée à la communauté juive de Genève par les autorités, selon le quotidien La Tribune.

Surveillance maximale aux frontières

Suite à l'alerte terroriste lancée pour la région de Genève, les gardes-frontière suisses ont déployé leurs capacités maximales pour contrôler les passages de frontière. Le maillage de surveillance est très fin, assure Michel Bachar, porte-parole des gardes-frontière.

Une partie non-négligeable du dispositif est invisible, précise Michel Bachar. Selon lui, le système peut être adapté à tout moment en fonction des informations reçues. Interrogé sur la diffusion de la photo d'individus ou de véhicules suspects, il souligne que les gardes-frontière disposent de toutes les informations nécessaires pour accomplir leur mission. Il reste volontairement évasif pour ne pas compromettre les chances de réussite de la mission.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK