Projets des frères Abdeslam connus dès 2014: faux selon le parquet

Les frères Brahim et Salah Abdeslam.
Les frères Brahim et Salah Abdeslam. - © T.M. avec BELGAIMAGE

Suite aux informations parues ce mardi, le parquet fédéral a décidé procéder à un contrôle ponctuel de la gestion des informateurs par l’unité anti-terroriste de la police fédérale de Bruxelles. Selon le parquet, les informations parues sont "inexactes". 

Alors que les informations parues dans la presse évoquent des erreurs et des manquements de la police fédérale de Bruxelles, selon le parquet: "La première mention d’un départ possible des frères Abdeslam en Syrie date de janvier 2015 et a fait l’objet de deux procès-verbaux établis par la zone de police Bruxelles-Ouest. Le domicile des frères Abdeslam a fait l’objet d’une perquisition, le 16 février 2015, et des devoirs de téléphonie ont également été effectués à la demande de la police fédérale. Aucune infraction liée au terrorisme n’ayant pu être mise en évidence, les deux dossiers ont été provisoirement classés sans suite, les frères Abdeslam restant néanmoins signalés sur ordre du parquet fédéral".

Rien en 2014

Le parquet affirme également que "la police fédérale a reçu des informations à la mi-juillet 2014. Ces informations concernaient notamment la présence en Syrie d’un certain Abdelhamid et de son frère de 13 ans. Le rapprochement a immédiatement été fait avec Abdelhamid Abaaoud, qui avait quitté la Belgique depuis janvier 2014 et faisait déjà à l’époque l’objet de vérifications dans le dossier judiciaire à charge de Zerkani et consorts". Abaaoud a d'ailleurs été condamné par défaut à 20 ans de prison le 29 juillet 2015. 

Par contre, in n'y avait "aucune référence à un quelconque attentat ou projet d’attentat et ne mentionnait pas le nom Abdeslam. Seule une vague mention non concrète faisait état de deux frères dont l’un d’entre eux était probablement en train de se radicaliser".

Changement de cap

Pourtant, plus tôt dans la journée de mardi, le parquet fédéral avait bien confirmé avoir reçu en juillet 2014 des informations concernant Abdelhamid Abaaoud et les frères Abdeslam, mais ajouté que ces informations n'étaient pas neuves. "Ce qui nous a été transmis se trouvait déjà dans notre dossier, ce fut en fait une confirmation de ce que nous savions déjà", a fait savoir mardi le porte-parole du parquet Eric Van der Sypt. "Il n'était en rien question d'un risque d'attentat."

Les journaux De Tijd et l'Echo rapportaient mardi, sur base de sources policières anonymes, que la police était déjà au courant en juillet 2014 que les frères Salah et Brahim Abdeslam fomentaient un attentat.

Eric Van der Sypt avait alors confirmé que le parquet avait reçu à la mi-juillet des informations concernant Abaaoud et les frères Abdeslam mais rien dans ces informations n'indiquait que des attentats étaient en préparation. "Nous avons par ailleurs reçu des indications de possible radicalisation dans l'entourage des frères Abdeslam, mais cela n'a également mené à rien."

Eric Van der Sypt a rappelé l'importance de prendre en compte le contexte de l'époque. "Il s'agit du mois de juillet 2014. A l'époque, les frères Abdeslam ne sont pas encore radicalisés. Dans la période janvier-février 2015, Salah et Brahim ont été interrogés car il était alors question de radicalisation. Mais rien n'indiquait un futur départ en Syrie ou la préparation d'un attentat."

Brahim Abdeslam et son frère Salah, qui est pour l'heure toujours activement recherché, sont deux des auteurs des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Abdelhamid Abaaoud a été tué quelques jours plus tard lors de l'assaut à Saint-Denis.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK