Attentats: l'homme interpellé à Meiser complice dans l'assassinat du commandant Massoud

L'homme qui a été interpellé vendredi à l'arrêt d'une ligne de tram à Schaerbeek, avenue Rogier, dans le cadre de l’enquête ayant conduit à l’arrestation de Reda Kriket à Argenteuil en France, est, selon nos sources, Abderamane Ameuroud. Il a vu sa privation de liberté être prolongée par le juge d'instruction d'une période de 24 heures. Il est blessé à la jambe.

Cet Algérien a été condamné en France pour complicité dans l'assassinat du principal opposant des talibans, le commandant Massoud, en Afghanistan, en septembre 2001. Il était apparu à l'époque que Abderamane Ameuroud, un vétéran de l'Afghanistan, faisait partie d'un réseau de recrutement et d'entraînement de djihadistes en France. 

Dans le cadre de l'enquête d'Argenteuil également, le juge d’instruction a délivré un mandat d’arrêt à l’encontre de Rabah N., interpellé vendredi rue de Mérode à Saint-Gilles. Il a été inculpé du chef de participation aux activités d’un groupe terroriste.

L'autre suspect blessé à la jambe et interpellé vendredi à Forest, rue de Belgrade, Tawfik A., a, lui été remis en liberté par le juge d'instruction après audition approfondie.

Par ailleurs, Aboubakar A., interpellé à Jette, a également été mis sous mandat d’arrêt et inculpé du chef de participation aux activités d’un groupe terroriste. La personne qui l’accompagnait dans la voiture, a été remise en liberté après avoir été auditionnée. Mais le parquet ne précise pas dans le cadre de quel dossier il a été interpellé. 

Préparation d'un attentat en France

Le Français arrêté à Argenteuil, Reda Kriket, né le 17 janvier 1982, était activement recherché depuis le 17 août 2015, date à laquelle un mandat d'arrêt européen avait été émis. Reda Kriket avait été condamné également par défaut à Bruxelles en juillet 2015 avec Abdelhamid Abaaoud lors du procès en Belgique d'une filière djihadiste vers la Syrie.

Selon le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, Reda Kriket, 34 ans, a été interpellé jeudi pour un projet d'attentat en France "à un stade avancé".

D'après l'AFP, des fusils d'assaut et des explosifs ont été retrouvés jeudi dans un appartement de la région parisienne occupé par Reda Kriket. Outre une petite quantité de TATP prêt à l'emploi, de l'acétone et de l'eau oxygénée, ingrédients entrant dans la composition de cet explosif, ont été retrouvées à Argenteuil, en région parisienne. Cet explosif est utilisé fréquemment par les djihadistes du groupe Etat islamique.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK