Nuit d'effroi à Paris: deux Belges parmi les 128 victimes des attentats

Des spectateurs du Bataclan après l'attaque terroriste.
Des spectateurs du Bataclan après l'attaque terroriste. - © FRANCOIS GUILLOT - AFP

Au moins 128 morts à Paris et 8 terroristes tués. 180 blessés sont également dénombrés dont 80 en état "d'urgence absolue" selon AFP. Deux Belges font partie des victimes, a annoncé le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders sur le plateau de notre JT ce samedi à 13 heures.

Si vous êtes sans nouvelles de l'un de vos proches qui se trouvait hier à Paris, voici un numéro d'appel au ministère des Affaires étrangères: 0477 40 32 12.

Trois jours de deuil national

Le bilan encore provisoire est très lourd. C'est l'attentat le plus meurtrier en Europe après Madrid en 2004. Le Président Hollande a pris un décret pour déclarer le deuil national pour trois jours.

Au total, il y a eu 6 attaques simultanées et manifestement coordonnées vendredi soir entre 21 et 22 heures.

Tout a commencé par la prise d'otage au Bataclan, une salle de spectacle en plein cœur de Paris. On y compte 80 morts. Il y avait un concert, la salle, pleine, contenait près de 1500 spectateurs venus assister à un concert de Rock. C'était comble. Plusieurs hommes ont tiré dans la foule. Puis ils ont retenu des dizaines de personnes prisonnières. Certaines ont pu s'échapper en profitant des temps de répit laissés par les terroristes lorsqu’ils rechargeaient leurs armes, décrites comme étant des Kalachnikovs.

Des dizaines d'autres personnes sont restées coincées dans la salle, prises en otage au Bataclan. Vers 1H00 du matin, la police a donné l'assaut. Quatre terroristes ont été abattus.

Des scènes d'apocalypses

Au même moment, à quelques centaines de mètres de là, ont éclaté plusieurs fusillades simultanées sur les grands boulevards autours de la place République et de la Bastille. Des rues fréquentées dans un quartier festif le vendredi soir. Des hommes ont tiré sur les voitures et sur les terrasses, entraînant la panique parmi la foule et provoquant des scènes d'apocalypses dans les rues.

François Hollande exfiltré

Toujours au même moment, non loin du Stade de France, 3 explosions-suicides ont été entendues durant le match France-Allemagne. Des explosions qui ont entraîné la mort de quatre personnes dont 3 terroristes kamikazes

Juste après le match, des messages d'alerte ont été diffusés dans les haut-parleurs et sur les écrans du stade. Le public a été rassemblé sur la pelouse, pour être finalement évacué vers 23h30. François Hollande, qui assistait, à ce match, a été exfiltré du stade en urgence par son service de sécurité pendant la deuxième mi-temps.

Le président français s’est alors rendu à l'Elysée d’où il s’est solennellement adressé aux Français.

Juste après ce discours, François Hollande a réuni ses ministres en conseil extraordinaire. Il a décrété l'état d'urgence dans tout le pays. C'est la première fois que cette mesure, tout a fait exceptionnelle, s'applique à l'ensemble du territoire français. François Hollande a aussi décidé la fermeture des frontières et demandé les renforts de l'armée: 1500 militaires vont être déployés à Paris.

Plus tard dans la nuit, le président français s'est rendu à la salle de concert du Bataclan avec le Premier ministre et le Ministre de l'Intérieur juste après l'assaut pour constater l'ampleur des dégâts.

Sur place, il a promis "un combat impitoyable" face au terrorisme.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK