Baisse du niveau de la menace à Bruxelles: des bourgmestres un peu perplexes

Le bourgmestre de Forest, Marc-Jean Ghyssels (PS), enrage contre ce qu'il considère comme une attitude incohérente de l'Etat fédéral dans la gestion de la menace terroriste.
Le bourgmestre de Forest, Marc-Jean Ghyssels (PS), enrage contre ce qu'il considère comme une attitude incohérente de l'Etat fédéral dans la gestion de la menace terroriste. - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Le bourgmestre de Forest, Marc-Jean Ghyssels (PS), et le bourgmestre de Woluwé-Saint-Pierre, Benoît Cerexhe (cdH), ont déjà réagi à la nouvelle de la réévaluation du niveau de la menace, qui est ramenée à 3 ce jeudi à Bruxelles.

"Nous vivons dans un pays de vrais débiles", enrage le bourgmestre de Forest

Le bourgmestre de Forest, Marc-Jean Ghyssels (PS), enrage contre ce qu'il considère comme une attitude incohérente de l'Etat fédéral dans la gestion de la menace terroriste et de ses conséquences pour les pouvoirs locaux. Interrogé par Belga sur l'impact de la réévaluation à la baisse du niveau de la menace terroriste, il a souligné qu'il n'était pas en mesure de revoir ses décisions d'annulation de spectacles à Forest national et de report du match de la Proximus League qui devait opposer dimanche la Royale Union Saint-Gilloise à Deinze.

"Nous vivons dans un pays de vrais débiles où l'on prend des décisions sans se soucier le moins du monde de ce qui se passe en bas", a-t-il dit, faisant allusion à l'annonce lundi dernier par le gouvernement fédéral du maintien du dispositif de sécurité général à Bruxelles pour une semaine.

"Dans ces conditions, on va peut-être repasser au niveau 4 dans les prochains jours", a-t-il ajouté, précisant qu'il n'était pas en mesure de permettre la tenue des spectacles dont il a décidé l'annulation ni de permettre au match Union-Deinze d'avoir lieu dimanche comme c'était initialement prévu.

"Ces gens vivent dans des bulles, dans des bureaux..."

Selon lui, étant donné la mobilisation de policiers devant les écoles et l'impact de cette mesure en termes de gestion des effectifs, il n'est pas possible de dire dans la précipitation s'il est possible d'avoir au minimum trente hommes pour sécuriser l'organisation du match, sans compter que dans l'affirmative, il faudrait veiller à avoir assez de personnel policier pour entamer la semaine.

"Ces gens vivent dans des bulles, dans des bureaux... Comment l'Etat fédéral peut-il croire qu'il garde encore une ligne de crédit, qui plus est, après les déclarations à l'étranger d'un ministre des Affaires Etrangères pas très diplomate qui y annonce que la Belgique recherche activement dix djihadistes lourdement armés", a-t-il encore fustigé, non sans cibler au passage la ministre de l'Education Joëlle Milquet (cdH) "qui ferait mieux de se taire que de 'foutre le bordel'" par ses initiatives et/ou sorties au cours des derniers jours.

"Je suis tout de même un peu perplexe" déclare Benoît Cerexhe

" J'espère que la nouvelle évaluation de l'OCAM repose sur des informations réellement fiables, je suis tout de même un peu perplexe, nous déclarait le bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre, Benoît Cerexhe (cdH). On nous avait annoncé que ce niveau 4 subsistait jusque lundi matin. Qu'est-ce qui aujourd'hui a changé? Nous avons droit à un certain nombre d'informations. C'est une nouvelle positive, mais elle soulève un certain nombre de questions."

Invité de Jeudi en Prime, le bourgmestre de Saint-Gilles, Charles Picqué ne disait pas autre chose: "Ceux qui ont les renseignements nous disent qu'on peut baisser la menace", explique Charles Picqué (PS). "Mais ce niveau 3 n'est pas si clair que cela, car cela signifie que la menace est toujours présente."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK