Menace terroriste: le point sur l'enquête en Belgique

Les services de sécurité français ont mobilisé 800 personnes sur l'enquête des attentats de Paris, 300 enquêteurs sont mobilisés côté belge.
Les services de sécurité français ont mobilisé 800 personnes sur l'enquête des attentats de Paris, 300 enquêteurs sont mobilisés côté belge. - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

"Les forces de police sont à la recherche de plusieurs individus "susceptibles de commettre des attentats avec armes et explosifs dans plusieurs endroits", a expliqué Charles Michel. Selon le ministre de l'intérieur, Jan Jambon les services de renseignements craignent des attaques "comparables" aux attentats de Paris. Cette situation a justifié, pour le Centre national de sécurité, de relever le niveau de sécurité à 4, le plus élevé sur cette échelle.

Parmi ces individus, les enquêteurs recherchent Salah Abdeslamn. Une semaine après les attentats de Paris, l'homme est toujours activement recherché. On en sait désormais plus sur son retour en Belgique : Salah Abdeslam a été déposé à Laeken dans le tout début d'après-midi du 14 novembre. Il était peut être porteur d'une ceinture d'explosifs. Il semblait très nerveux et aurait averti qu'il allait se faire exploser, selon l'avocate de Hamza Attou, l'une des deux personnes venue chercher Salah Abdeslam à Paris.

Des informations confirmeraient par ailleurs les rumeurs selon lesquelles Salah Abdeslam aurait été aperçu aux abords du stade roi Baudoin. Les enquêteurs ont saisi à son domicile des clefs USB, des téléphones et des "Playstations" parfois utilisées par les terroristes pour communiquer entre eux.

Perquisitions à Molenbeek

Par ailleurs, des perquisitions ont été menées hier à Molenbeek au domicile et dans la camionnette d'un homme arrêté jeudi et placé sous mandat d'arrêt vendredi. Il s'appelle Abraimi Lazez. De nationalité marocaine, il a 39 ans, habite jette et a été interpellé mercredi à Laeken au volant d'une Citroën. Dans la voiture on a retrouvé du sang et une arme à feu. Son frère est actuellement en Syrie.

Abraimi Lazez comparaîtra mercredi devant la chambre du conseil de Bruxelles. Il nie toute implication dans les attentats, a indiqué samedi son avocat Me Thomas Descamps, qui, pour l'heure, ne souhaite pas commenter le fond du dossier.

Les chefs d'inculpation sont "appartenance à un groupe terroriste", "attentats terroristes et port d'arme". On ne connait pas, pour l'instant, ses connexions avec d'autres individus déjà cités, mais il semble clair qu'il a été identifié par la justice comme un personnage clef dans l'enquête.

Les perquisitions ont permis de trouver 2 armes dans sa camionnette, 3 ou 4 armes dans son immeuble mais pas d'explosifs ou de produits permettant d'en fabriquer. L'intéressé est soupçonné de participation à des attentats terroristes et de participation aux activités d'un groupe terroriste. A ce jour 3 personnes (Hamza Attou, Mohamed Amri et Abraimi Lazez donc) sont placées sous mandat d'arrêt en Belgique pour participation à titres divers à des attentats terroristes.

Un Belge arrêté en Turquie

Un belge de 26 ans, Ahmed Dahmani, a été arrêté en Turquie. Il est accusé d'avoir participé à des opérations de reconnaissance pour choisir les sites des attentats. Il séjournait dans un hôtel de luxe de la station balnéaire d'Antalya depuis lundi. ll a été arrêté en compagnie de deux ressortissants syriens, qui devaient lui faire franchir la frontière syrienne.

Les services de sécurité français ont mobilisé 800 personnes sur l'enquête des attentats de Paris, 300 enquêteurs sont mobilisés côté belge.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK