Le mouvement islamophobe Pegida rassemble 10 000 manifestants à Dresde

Créé il y a un an, Pegida a retrouvé dernièrement un second souffle dans le discours anti-réfugiés.
Créé il y a un an, Pegida a retrouvé dernièrement un second souffle dans le discours anti-réfugiés. - © ROBERT MICHAEL - AFP

Une dizaine de milliers de sympathisants du mouvement populiste et islamophobe allemand Pegida ont manifesté lundi soir à Dresde, accusant l'afflux de migrants en Europe d'être responsable des attentats qui ont ensanglanté Paris.

"Ces attentats ne viennent pas de nulle part, ils sont le résultat d'une politique d'immigration de gens n'ayant pas du tout les mêmes valeurs", a clamé l'un des responsables du mouvement Siegfried Däbritz, sous les clameurs de la foule hurlant "Merkel doit partir!". "Ceux qui ne relient pas la soi-disant "Religion de paix" (l'islam, ndlr), la question des réfugiés et la lutte contre le terrorisme portent le sang des victimes d'aujourd'hui et de demain sur leurs mains", a-t-il ajouté, dénonçant un "suicide ethnique" en cours en Europe.

Un relief particulier dans le sillage des attentats de Paris

Entre 9000 et 12 000 personnes, selon une université locale spécialisée dans le décompte des foules, étaient rassemblées sur une des grandes places de la ville pour cette manifestation hebdomadaire du mouvement des Patriotes Européens contre l'Islamisation de l'Occident (Pegida). La police refuse traditionnellement de donner des estimations du nombre de participants mais cette université est reconnue pour la fiabilité de ses estimations.

La manifestation de lundi soir a pris un relief particulier dans le sillage des attentats de Paris de vendredi, perçus par nombre de représentants de la droite populiste en Europe comme le signe que l'arrivée massive de réfugiés en Europe présente un risque d'infiltration de djihadistes. Pegida a toutefois rassemblé nettement moins de partisans que lors de son record de janvier après les attentats de Charlie Hebdo à Paris (25 000 personnes).

Les manifestants ont observé une minute de silence au début en hommage aux victimes des attentats de Paris et du crash de l'avion russe dans le Sinaï le 31 octobre. Ces deux actions ont été revendiquées par le groupe djihadiste État islamique (EI). Plusieurs manifestants tenaient des drapeaux français ou des banderoles "Je suis Paris". Un autre disait: "Hier à Paris - Demain en Allemagne".

Créé il y a un an, Pegida a retrouvé dernièrement un second souffle dans le discours anti-réfugiés.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK