Le G20 surveillera les efforts de lutte contre le financement du terrorisme

Le G20 a chargé lundi le Groupe d'action financière, organisation de lutte contre le blanchiment, de lui faire un rapport début 2016 sur les progrès de l'assèchement des financements du terrorisme.
Le G20 a chargé lundi le Groupe d'action financière, organisation de lutte contre le blanchiment, de lui faire un rapport début 2016 sur les progrès de l'assèchement des financements du terrorisme. - © ERCIN TOP - AFP

Le G20 a chargé lundi le Groupe d'action financière (GAFI pour l'acronyme français, FATF en anglais), organisation de lutte contre le blanchiment, de lui faire un rapport début 2016 sur les progrès de l'assèchement des financements du terrorisme.

"Nous demandons au GAFI de faire un rapport aux ministres des Finances (du G20) lors de leur première réunion en 2016 sur les progrès faits par les Etats pour corriger les faiblesses en matière d'assèchement des flux de financement liés au terrorisme", ont écrit les dirigeants des vingt premières puissances économiques mondiales dans le communiqué concluant leur sommet d'Antalya (Turquie).

Les membres du G20 s'engagent aussi à une "coopération renforcée sur l'échange d'informations et le gel d'avoirs terroristes", et à appliquer en la matière des "sanctions robustes et ciblées". Ils chargent aussi le GAFI d'identifier des "mesures, y compris de nature législative", pour intensifier la lutte contre le financement du terrorisme.

Le GAFI est un organisme intergouvernemental créé en 1989, composé de 34 pays et territoires et de deux organisations régionales.

A l'initiative de la France

La France a beaucoup œuvré pour que le G20 se penche sur les questions de financement du terrorisme, le ministre des Finances Michel Sapin jugeant à Antalya qu'en la matière il fallait "resserrer les mailles du filet", notamment pour traquer les transferts de faibles montants pouvant servir à financer des attentats.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK