Le chauffeur de Salah Abdeslam vers Schaerbeek maintenu en détention

Policiers et militaires devant la chambre du conseil à Bruxelles.
Policiers et militaires devant la chambre du conseil à Bruxelles. - © NICOLAS LAMBERT - BELGA

Salah Abdeslam est toujours activement recherché. Mais son parcours se précise. Le suspect numéro un des attentats de Paris avait d'abord été déposé à Laeken dans la matinée du samedi 14 novembre. On apprend aujourd'hui, par le témoignage – relayé par son avocat – de l'une des personnes placées sous mandat d'arrêt en Belgique, qu'il s'est ensuite rendu dans une autre commune bruxelloise : Schaerbeek.

Ali O., quatrième personne placée sous mandat d'arrêt, comparaissait ce vendredi en chambre du conseil, laquelle a confirmé ce jour sa détention préventive pour une durée d'un mois. C'est ce Français résidant en Belgique qui, ce samedi-là, a conduit Abdeslam à Schaerbeek aux alentours de 13 heures. Il avait été appelé par un ami, via un numéro de téléphone qu'il utilisait depuis des années. Ce dernier lui a demandé de passer le chercher à Laeken. L'ami en question, dont on ne sait pas à l'heure actuelle s'il a lui aussi été interpellé, n'était pas seul : Salah Abdeslam était avec lui.

Sous le choc

Ali O. dit ne pas l'avoir reconnu de suite, car Abdeslam portait un bonnet. Au terme de ce trajet – "extrêmement court", dixit son avocat Maître Martins –, Ali O. "était sous le choc, puisqu'il était l'un des amis de Brahim Abdeslam et c'est à ce moment-là qu'il a appris la mort de son ami". Salah Abdeslam lui a en effet annoncé que son frère s'était lui-même fait exploser dans la capitale française.

"Lorsque l'on vous annonce la mort de l'un de vos meilleurs amis dans ces attentats, vous êtes sous le choc et vous ne comprenez pas", commente l'avocat, qui ajoute que son client n'avait pas vu son ami Brahim Abdeslam s'être radicalisé.

Ali O. a par ailleurs précisé que Salah Abdeslam était particulièrement nerveux durant le trajet.

Pas d’antécédent judiciaire

Son avocat précise encore que Salah Abdeslam n'était pas encore cité au moment de le prendre en charge en voiture. Son client ne connaît pas l'adresse où il l'a déposé à Schaerbeek, il a été guidé par son ami, indique Me Martins. Aujourd'hui sous mandat d'arrêt, Ali O. ne s'est pas lui-même rendu à la police, car très mal conseillé par son entourage. L'inculpé dit en vouloir à Salah Abdeslam.

Notons qu'Ali O. n'a aucun antécédent judiciaire, il n'est pas suspecté de s'être rendu à Paris dans la nuit du 13 novembre, lors de laquelle les attentats ont été commis.

Une cinquième personne arrêtée en Belgique comparaissait également ce vendredi en chambre du conseil et a été maintenue en détention préventive pour un mois également. Elle est inculpée pour participation à des attentats et pour participation aux activités d'un groupe terroriste. Son avocat n'a pas souhaité faire de commentaires.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK