La police le croyait en Syrie, Abaaoud était planqué dans un buisson

L'enquête sur les attentats de Paris apporte des révélations parfois étonnantes. Salah Abdeslam, l'homme le plus recherché d'Europe, pourrait avoir échappé à la police, caché dans un meuble. Ce dimanche, le journal "Le Parisien" dévoile des détails de la traque d'Abdelhamid Abaaoud : le cerveau présumé des attentats de Paris serait resté caché plusieurs jours dans un buisson.

Quelques heures après les attentats de Paris, Abdelhamid Abaaoud rejoint une planque dans une zone d'entrepôts à Aubervilliers, en banlieue parisienne. Il y trouve des fourrés, dans lesquels il vivra 4 jours et 3 nuits, comme un SDF.

Une ceinture d'explosifs?

Il aurait pu rester là bien plus longtemps. Mais le 16 novembre, les policiers récoltent un témoignage décisif. Les enquêteurs veulent le voir pour le croire, puisque tout le monde pense à ce moment-là qu'Abaaoud est en Syrie. Ils installent une caméra et, le 17 novembre à 20h13, Abaaoud sort de son buisson. Plus de doutes : c'est bien lui. Mais les policiers ne l'arrêtent pas à ce moment-là car Abaaoud porte un gilet très large. Et les enquêteurs craignent qu'il porte une ceinture d'explosifs.

Les policiers redoutent aussi qu'il y ait d'autres commandos. Ils veulent remonter la filière. Ils suivent donc Abaaoud. La traque se terminera à Saint-Denis quelques heures plus tard : le RAID lance l'assaut et Abaaoud sera tué dans la fusillade.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK