François Hollande: "Déchoir de leur nationalité française les binationaux condamnés"

François Hollande, Manuel Valls et Najat Vallaud-Belkacem lors de la minute de silence de ce lundi matin à la Sorbonne.
François Hollande, Manuel Valls et Najat Vallaud-Belkacem lors de la minute de silence de ce lundi matin à la Sorbonne. - © GUILLAUME HORCAJUELO - AFP

Face au Congrès réuni à Versailles, François Hollande a tenu des propos très forts. Il veut modifier la Constitution du pays mais explique que ​"cette révision de la Constitution doit s'accompagner d'autres mesures : il en va de la déchéance de nationalité. (...) Nous devons pouvoir déchoir de sa nationalité française un individu condamné pour atteinte aux valeurs de la République, même s'il est né français, dès lors qu'il bénéficie d'une autre nationalité".

Le chef de l’Etat français, François Hollande, s’adressait aujourd’hui aux députés et sénateurs réunis en Congrès à Versailles. Il y a exposé son plan de riposte incluant un état d’urgence de trois mois et va tenter de maintenir l’union nationale.

Discours musclé et "actes de guerre"

Dans un discours musclé, il annonce des mesures très sécuritaires comme le maintien des effectifs dans la Défense jusqu’en 2019, une réorganisation au bénéfice des unités opérationnelles, de la cyber-défense et du renseignement. 5000 emplois supplémentaires de policiers et de gendarmes seront aussi créés d'ici deux ans. François Hollande annonce finalement des moyens renforcés pour la Justice et la Sécurité.

Le ton était d'ailleurs donné dès sa prise de parole. Après une minute de silence, le président français a déclaré: "La France est en guerre. Les actes commis vendredi soir sont des actes de guerre (...). Ils constituent une agression contre notre pays, ses valeurs, sa jeunesse, son mode de vie. Ils sont le fait d’une armée djihadiste, Daech, qui nous combat, nous la France, parce que nous sommes le pays des droits de l’homme".

"Pas une guerre de civilisations"

Le président de la République estime que "ce n’est pas une guerre de civilisations car ils (les terroristes) n’en ont aucune". Il appelle de ses voeux une grande coalition unique contre l'Etat islamique rassemblant notamment la Russie et les Etats-Unis. Il va rencontrer prochainement Barack Obama et Vladimir Poutine très prochainement et souhaite une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU:" Aucun répit, aucune trêve ne leur sera accordée. Les commanditaires doivent savoir que les crimes de vendredi ne font que renforcer notre détermination. Sur le terrain en Syrie, nous cherchons toujours une résolution politique dans laquelle Bachar al-Assad ne peut constituer une issue".

On apprend lundi soir que François Hollande recevra mardi matin le secrétaire d'Etat américain John Kerry à l'Elysée. Ce dernier est arrivé lundi soir à Paris pour témoigner de la "relation forte" liant les États Unis et la France et exprimer la "détermination" des deux alliés à lutter contre le terrorisme, a annoncé le département d'Etat.

COP 21 maintenue

Dans un message d'espoir, François Hollande a aussi tenu à assurer le maintien de la COP 21: "Il faut continuer à travailler, sortir, vivre, influencer le monde, et c'est pourquoi la COP21 sera non seulement maintenue, mais elle sera un moment d’espérance et de solidarité, car il s'agit tout simplement de l’avenir de la planète et qu'il y aura sans doute plus de 100 chefs d'État et de gouvernement".

Le président socialiste a enfin insisté dans un message d'unité: "Vous êtes les représentants d’un peuple libre, invincible quand il est rassemblé. Nous devons éviter les surenchères et les dérives.(...) Nous éradiquerons le terrorisme pour que la France continue à montrer le chemin, parce que les Français veulent continuer à vivre ensemble sans rien craindre de leurs semblables".

François Hollande a clôturé son discours en reprenant à son compte la phrase du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve: "Les terroristes ne détruiront jamais la République, car c'est la République qui le détruira ". Tous les parlementaires ont salué ce discours avec une standing ovation.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK